Sommet de l’UA : Sahara, l’Algérie égratigne le Maroc

Le Maroc a protesté contre le rapport « Paix et sécurité » au sommet de l’Union Africaine, accusant le document d’être en contradiction avec la position de l’ONU sur le statut du Sahara Occidental.

Le Maroc a protesté contre le rapport « Paix et Scurité » au sommet de l’Union Africaine, accusant le document d’être en contradiction avec la position de l’ONU sur le statut du Sahara Occidental.

Rabat a demandé l’amendement de certains passages du rapport « Paix et sécurité », présenté dimanche par le Commissaire paix et sécurité, l’Algérien Smaïl Chergui, soumis aux chefs d’Etat dimanche 28 janvier 2018. Le royaume accuse le document d’être en contradiction avec la position de l’ONU sur le statut du Sahara occidental.

Les paragraphes 117 et 118 de ce rapport ont été rejetés par les Marocains. Ces derniers demandent aux chefs d’État africains d’exhorter le Maroc, pays membre de l’Union Africaine, d’accepter le retour de la mission de l’UA pour le Sahara Occidental à Laâyoune. Sau que cette mission, dirigée par le Mozambicain Joakim Albert Chissani, n’est pas reconnue par Rabat.

Les mêmes passages demandent l’instauration d’une mission de surveillance des droits de l’Homme dans le territoire du Sahara. le Maroc incrimine un passage qui demande à la fondation suisse Crans Montana de ne plus organiser son forum annuel à Dakhla. A noter que le rapport du Commissaire Smaïl Chergui n’est pas soumis au vote, ce qui laisse libre court aux chefs d’Etat de l’appliquer ou non. Les statuts de l’UA précise que ce rapport ne fait l’objet que d’une simple prise de note.

Ce qui écarte tout enjeu de cette sortie du Commissaire qui ne fera qu’exacerber les tensions entre le Maroc et l’Algérie, deux voisins d’Afrique du Nord.