Sommet de l’UA : la réalisation des objectifs du millénaire à l’ordre du jour

Les travaux du 11e sommet de l’Union africaine (UA) qui se tiennent dans la station balnéaire Charm el-Cheikh, en Egypte, ont débuté aujourd’hui, avec comme objectif «la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) pour l’eau et l’assainissement».

Durant deux jours, «la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) pour l’eau et l’assainissement» sera le principal thème de discussion des chefs d’Etat et de gouvernement africains qui affichent déjà leurs préoccupations quant à la situation qui prévaut dans le continent noir en matière de dépendance alimentaire.

Cette crise alimentaire, qui défraie la chronique africaine, nécessite toujours la conjugaison des efforts des acteurs concernés, tenus de dépasser le cadre théorique pour passer au stade de la concrétisation de leurs objectifs.

Les chefs d’Etats africains qui considèrent que la réalisation de ces objectifs du millénaire reste tributaire de l’engagement des partenaires étrangers et des institutions internationales d’aide au développement, devront, lors de ce sommet précédé par le 19ème sommet du comité des chefs d’Etat et de gouvernement chargé de la mise en œuvre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), trouver la bonne formule dépasser cette crise.

Eeau, agriculture, énergie : les gros dossiers

Le développement du secteur agricole était le point saillant de ce 19ème sommet où les chefs d’Etats africains qui ont manifesté une volonté sans failles pour se soustraire à la dépendance alimentaire. Mais à défaut des ressources en eau, les pays africains appellent à la prise en charge de ce problème de taille par les instances internationales chargées du développement en Afrique.

Le sujet des bioénergies qui se développent de pair avec la flambée des prix de l’or noir était aussi discuté par les responsables des pays africains. Ils sont tenus de trouver de bonnes solutions à la montée des prix des produits alimentaires sur le continent, qui dégradent le niveau de vie de plusieurs millions de personnes.

En reconnaissant que « le développement de l’agriculture a constamment constitué une des principales priorités de l’Union africaine», le président algérien, Abdelaziz Bouteflika insiste sur la nécessité de « prendre pleinement conscience des dangers de famine et d’instabilité» qui menacent le continent africain.

La participation des instances internationales au développement en Afrique, un continent qui fait face au réchauffement climatique, est considérée comme nécessaire et incontournable par les responsables africains. Ils appellent aussi à la mobilisation de tous les efforts et volontés pour surmonter l’épreuve.

Lire aussi :

 L’Union Africaine face à la crise zimbabwéenne