Somalie : les pluies torrentielles accentuent le risque d’une crise humanitaire

Image d’illustration

Depuis le début de l’année en cours, la Somalie fait face à une spirale de pluies torrentielles qui ont contraint plus de 650 000 personnes à fuir leur foyer dans la partie sud-Ouest. Ces pluies causant les inondations accentuent le risque d’une crise humanitaire dans ce pays en proie aux conflits armés et à la pauvreté.

Plus de 650 000 habitants des villages dans les États de Hirshabelle et du Sud-Ouest ont été contraints de fuir leur foyer suite aux inondations causées par les pluies torrentielles à répétition dans cette partie de la Somalie. Selon le rapport publié par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), ces habitants ayant fui les inondations vivent dans des conditions difficiles, passant jours et nuits à la belle étoile, sans nourritures et sans accès aux soins de santé de base.

A en croire ce rapport, cette situation pourrait accentuer le risque d’une crise humanitaire dans ce pays en proie aux conflits armés et à la pauvreté. « Un grand nombre de nouveaux déplacés vivent désormais dans des abris de fortune surpeuplés, construits à l’aide de vieux vêtements, de sacs en plastique, de morceaux de carton et de bâtons dans des sites de déplacés internes qui sont déjà sinistrés. Ces abris offrent peu de protection contre les éléments et exposent les familles à un risque accru tels que le vol et le viol », a déclaré Charlie Yaxley, porte-parole du HCR.

Une vie sans assistance sanitaire efficace !

Pour l’Agence Onusienne, ces déplacés dont les femmes, les enfants et les personnes de troisième âge et celles vivant avec handicap n’ont pas accès à une assistance sanitaire efficace pouvant les aider à faire face aux épidémies. « Les conditions sanitaires sont dégradées et l’accès aux soins médicaux est peu fréquent. Les partenaires de santé mettent en garde contre les risques de diarrhée, de maladies à transmission vectorielle, d’infections des voies respiratoires et d’autres maladies transmissibles qui se propagent rapidement parmi la population déplacée. La nourriture se fait rare et beaucoup souffrent de la faim. La malnutrition des enfants augmente, ce qui les expose au risque de mourir de faim. Dans certaines régions, le prix des denrées alimentaires de base, en particulier le lait et les légumes, a augmenté de 20 à 50% », a-t-il ajouté.

Par ailleurs face à ces inondations, le gouvernement somalien et ses partenaires dont le HCR fournissent les matériels médicaux, les équipements personnels de protection et un soutien en matières hygiène et d’assainissement à ces déplacés. Une aide humanitaire insuffisante selon l’Agence Onusienne, qui appelle à la mobilisation internationale.