« Silence = mortes » : les femmes parlent du sida

Des malades, leurs proches ou des personnages de fiction témoignent de la façon dont le sida est vécu par les femmes dans dix films courts à l’occasion du 20e anniversaire de l’association française de lutte contre le sida, Act Up-Paris. L’un d’eux, Lulô Kanda de Lola Frederich, évoque le combat d’une femme originaire d’Afrique sub-saharienne.

Trois minutes pour se mettre à l’écoute des femmes séropositives. Des images de femmes produites par des femmes comme pour faire barrage à un mutisme létal. Silence = mortes est une collection de dix films courts – fictions et documentaires – réalisés par des femmes pour marquer les 20 ans d’existence de l’association Act Up-Paris qui milite contre le sida. Ils sont diffusés ce mardi 1er décembre, journée mondiale de lutte contre la maladie, sur la chaîne franco-allemande Arte. Le sida, maladie honteuse de notre siècle, aggrave les drames que vivent déjà les femmes. Notamment originaires d’Afrique sub-saharienne. Lulô Kanda de la cinéaste française Lola Frederich évoque leur souffrance. La fiction raconte une jeune femme qui débarque à l’adolescence en France pour y être mariée de force et qui apprend, alors qu’elle s’apprête à devenir maman, qu’elle est séropositive.

Des résistantes

Le scénario écrit par Lola Frederich, à qui l’on doit Taxi Wala dont l’héroïne était déjà une femme « perdue », s’inspire d’expériences vécues. « Lorsque j’ai commencé à regrouper des témoignages auprès des associations et des militantes (originaires d’Afrique sub-saharienne), explique la réalisatrice, j’ai été frappée par les situations inextricables liées la violence du déni qui entoure le sida. Toutes m’ont raconté combien ce virus, transmis dans l’intimité sexuelle, cristallisait et amplifiait cruellement les inégalités homme-femme ». Pour les dénoncer, Lola Frederich déstabilise pour mieux attirer l’attention. C’est finalement moins le porteur du message que le message lui-même qui frappe. Seul comptent les vies bouleversées de ces femmes, chargées d’un lourd fardeau hérité ou transmis, qui se battent pour résister à Lulô Kanda, « ce qui l’a emporté ».

  Silence = mortes : 10 films courts réalisés par Karine Albou, Solveigh Anspach, Sylvie Ballyot, Catherine Corsini, Christine Dory, Lola Frederich, Rachida Krim, Valérie Mréjen, Brigitte Sy, Sandrine Veysset.

Diffusion : du 30 novembre au 2 décembre sur Arte

Pour en savoir plus : Visiter le site d’Act Up-Paris