Sierra-Leone : 233 soldats de la paix libérés

Les forces de l’ONU ont libéré manu militari les 220 soldats indiens ainsi que 11 observateurs militaires encerclés dans la région Kailahun. L’opération se serait déroulée sans incidents.

Une opération musclée des troupes de l’ONU en Sierra Leone aurait permis de briser l’encerclement des troupes rebelles et de libérer 220 casques bleus indiens ainsi que 11 observateurs militaires internationaux tenus en étaux, a annoncé samedi la BBC.

Cette offensive qui n’aurait rencontré aucune résistance du Front révolutionnaire uni (RUF), mettrait un terme à deux mois de siège autour de ce contingent, bloqué à environ 320 kilomètres de Freetown, la capitale. Elle vient une semaine après la mise en demeure, par Kofi Annan, secrétaire général de l’Organisation des nations unies (ONU), de  » libérer immédiatement et sans conditions les membres de la force de maintien de la paix « .

Par voies terrestres et aériennes

La première étape de l’opération a été la libération par des forces aéroportées des 11 observateurs assiégés dans leurs positions près de la ville de Kailahun, tenue par les rebelles. Des soldats de la paix, lourdement armés sont allés à leur contact et les ont évacués vers Freetown, par hélicoptère, sans qu’un coup de feu n’ait été tiré.

Selon la porte-parole de la mission de l’ONU sur place, Hirut Befecadu, citée par la radio britannique, les 220 soldats indiens pris au piège ont été également délivrés. Leur évacuation s’effectuerait par les voies terrestres. Ils se dirigeraient, par la route, vers la ville de Daru.

Un coup dur pour les rebelles du RUF qui ont rompu l’accord de paix en mai. Ils perdent ainsi leur principal instrument de pression sur la communauté internationale. Environ 13 000 soldats de l’ONU sont désormais présent dans ce petit pays d’Afrique de l’Ouest. La plus grosse force internationale déployée dans le monde.