Sida : un Sud-africain sur huit est séroposif

Selon une étude, près de 6,4 millions de Sud-africains, soit 12,2% de la population, étaient séropositifs en 2012, contre 5,2 millions en 2008 (10,2%).

Le nombre de personnes ayant le sida n’a pas baissé ces dernières années an Afrique. Au contraire, quelque 6,4 millions de Sud-africains, soit 12,2% de la population du pays, étaient séropositifs en 2012, contre 10,2 en 2008, selon une étude publiée mardi. Selon le Conseil de recherche en sciences humaines (HSRC) sud-africain, la progression s’explique par de nouvelles infections – plus de 400 000 rien qu’en 2012 – et la distribution d’antirétroviraux (ARV) prolongeant la durée de vie, explique le Conseil de recherche en sciences humaines (HSRC) sud-africain. L’usage du préservatif a baissé, tandis que les Sud-africains ont davantage multiplié les partenaires, selon le HSCR.

Le HSCR précise également que le taux de prévalence était en 2012 de 18,8% chez les 15-49 ans, les femmes étant nettement plus touchées (23,2%) que les hommes (14,5%). Il culminait à 36,0% chez les femmes âgées de 30 à 34 ans. D’autant que les divisions de la population sud-africaine se retrouvent face au sida, avec un taux de prévalence de 15% chez les Noirs (80% de la population), de 3,1% chez les Métis (9%), et moins de 1% chez les Indiens (2%) et les Blancs (9%).

Portant, après avoir longtemps refusé de fournir des médicaments, le gouvernement sud-africain a déployé le plus grand programme de distribution d’ARV au monde, qui concerne actuellement 2,4 millions de personnes. Une lueur d’espoir toutefois. Un programme de prévention de la transmission du sida de la mère à l’enfant a parallèlement permis de faire baisser le taux d’infection chez les bébés (de moins d’un an) de 2% en 2008 à 1,3% en 2012.