Sénégal : Wally Seck chef de l’opposition ?

Wally Seck

Le chanteur Wally Seck, compte tenu de certains paramètres, pourrait porter les habits du chef de l’opposition politique sénégalaise. La question a été soulevée, vendredi soir, sur le plateau télé de Walf TV.

Le fils du chanteur-musicien-compositeur Thione Ballago Seck, Wally Seck notamment, lui-même chanteur, peut un jour être le chef de l’opposition politique du Sénégal. Reprenant la balle au rebond, après une intervention de Doudou Wade (membre du parti Démocratique Sénégalais de l’ancien Président Me Abdoulaye Wade), qui est d’avis que le chef de l’opposition doit avoir une certaine popularité, Omar Faye de Leral Askan-wi (éclairer le peuple), un mouvement de la société civile sénégalaise, a indiqué que ce statut, le chanteur Wally Seck peut bien l’incarner, compte tenu de sa popularité.

« D’après ce que Doudou (Wade) a dit, Wally Seck peut bien un jour devenir le chef de l’opposition. Parce que si on regarde tout le monde qu’il a derrière lui, s’il obtient le suffrage de son public, il peut être un champion. S’il s’agit juste d’être représentatif dans la société, je conseille à Wally Seck de se préparer à effectuer son entrée en politique, aller vers des élections et se retrouver après comme chef de l’opposition », a dit Omar Faye de Leral Askan-wi.

Selon ce membre du mouvement de la société civile sénégalaise, « tout en étant chef de l’opposition, Wally Seck peut bien organiser ses concerts au nom de son statut. Parce que dans toute cette histoire de chef de l’opposition agitée, il y a un jeu. Macky Sall joue à un jeu. Et Idrissa Seck (opposant chef du parti Rewmi) l’aide dans ce jeu. Parce qu’un budget de trois (03) milliards de FCFA est prévu pour le chef de l’opposition ».

Omar Faye fustige ce jeu politique en faveur d’Idrissa Seck, et dénonce : « nous avons tout sauf une opposition. Comment comprendre un opposant qui, au lendemain de la Présidentielle, tient une conférence de presse, reconnaît la victoire de Macky Sall, se retire de la scène politique et s’emmure dans un silence. Jusqu’à ce qu’on se lève un matin pour parler de dialogue politique et ainsi créer une brouille ».

« Un seul point les intéresse dans ce qu’ils appellent dialogue politique. Malgré tout ce tintamarre, toute cette stratégie mise en œuvre, un seul point les intéresse : permettre à Macky Sall de se présenter pour un troisième mandat présidentiel, et lui (Idrissa Seck) permettre d’être le chef de l’opposition. Tous les autres points ne l’intéressent pas. Pourtant, il y a beaucoup de points en suspens », dénonce Omar Faye de Leral Askan-wi, membre de la société civile sénégalaise.