Sénégal : une marche pour le « retour politique » d’Abdoulaye Wade

L’ex-président sénégalais, Abdoulaye Wade, entend faire son grand retour au Sénégal, ce mercredi, après plus de 22 mois d’absence. Depuis sa défaite à l’élection présidentielle, il vivait à Versailles, en banlieue parisienne. Une grande mobilisation est annoncée par le Parti démocratique sénégalais (PDS).

C’est un retour « hautement politique » que s’apprête à faire, ce mercredi, celui qui a diriger le Sénégal pendant 12 ans, Abdoulaye Wade. Le Parti démocratique sénégalais (PDS) a prévu un triomphe pour le retour de son chef.

« Une marche bleue de l’aéroport au Boulevard Général de Gaulle »

Ses partisans « veulent battre le record de 1999 pour l’accueil de monsieur Wade, le 23 avril prochain », indique le journal sénégalais l’Observateur, en référence au rassemblement à la veille de la présidentielle de 2000, date à laquelle Abdoulaye Wade accède au pouvoir. Le « plan de guerre dévoilé » par le PDS prévoit « une marche bleue de l’aéroport au Boulevard Général de Gaulle » poursuit encore le quotidien.

A plusieurs reprises, le retour de « Gorgui » (le « vieux » en wolof) a été prévu avant d’être finalement reporté « mais cette fois, c’est confirmé : il sera là mercredi, (il) arrivera à Dakar en début d’après-midi », selon un responsable du PDS contacté par l’AFP. A l’âgé de 87 ans, Abdoulaye Wade a été à la tête du Sénégal pendant douze ans, de 2000 au 25 mars 2012, date du second tour de l’élection présidentielle qu’il a perdu face à Macky Sall, son ex-premier ministre.

« Les Sénégalais ont comparé le régime actuel avec le mien et ont tiré les conclusions qui s’imposent »

« Mon retour est hautement politique, surtout dans les circonstances actuelles où il y a beaucoup de difficultés au Sénégal. Il y a un fort mécontentement : les Sénégalais ont comparé le régime actuel avec le mien et ont tiré les conclusions qui s’imposent », a déclaré Abdoulaye Wade, dans une interview au Monde, diffusé ce lundi. Il attaque frontalement l’actuel président de la République qu’il accuse d’avoir plongé le pays dans la crise : « il est le président. Il est donc responsable des tensions actuelles, notamment politiques ».

Une chose est sûr, le retour de l’ex-président « rend beaucoup de monde fébrile », comme l’explique une source au sein du PDS. Wade vivait depuis juillet 2012 à Versailles, en banlieue de Paris, avec sa femme. « Je rentre dans mon pays après deux ans d’absence, et je suis resté, à la demande des militants, le secrétaire général de mon parti, le Parti démocratique sénégalais (PDS) », affirme-t-il. C’est la première fois depuis sa défaite qu’il retourne dans son pays, même s’il a participé à différentes rencontres en Afrique et dans les pays arabes.

« Il a pratiqué une chasse aux sorcières contre mes collaborateurs et moi »

Il rentre au Sénégal alors que son fils, Karim Wade, est dans l’attente de son procès pour enrichissement illicite à hauteur de plusieurs centaines de milliards de Fcfa. « S’il a mis mon fils Karim en prison, c’est parce qu’il voyait en lui le seul rival capable de l’affronter » au prochain scrutin présidentiel, a clamé Abdoulaye Wade au quotidien français. Et il continue : « il a pratiqué une chasse aux sorcières contre mes collaborateurs et moi ».

Abdoulaye Wade arrive au Sénégal à la veille d’élections locales qui vont se tenir en juin prochain, mois durant lequel Karim Wade se fera juger. « L’été sera chaud ! Le thermomètre politique sera à son pic au mois de juin avec le procès de Karim Wade et la campagne électorale », annonce le Quotidien, un journal sénégalais.

« J’ai dépassé l’âge d’avoir une ambition politique. Briguer un poste au Sénégal, c’est fini. Ce qui ne veut pas dire que je sors de la politique. Je dirige le parti le plus important du pays », ajoute l’ancien président de la République. Le ton est donné. Après plusieurs effets d’annonces, sera-t-il, cette fois-ci, bel et bien de retour au pays ?