Sénégal: tournée en Afrique de l’ouest pour Jean-Yves Le Drian

Dans le cadre de sa tournée en Afrique de l’Ouest, Jean-Yves le Drian, le ministre de la Défense était à Dakar, ce dimanche, où il s’est entretenu avec son homologue sénégalais, Augustin Tine, ainsi qu’avec le chef d’Etat, Macky Sall, avant de s’envoler pour la Mauritanie.

Durant sa courte visite à Dakar Jean Yves Le Drian, en a profité pour discuter des enjeux sécuritaires sur le continent. Le ministre français de la Défense s’est ainsi entretenu pendant près d’une heure et quart avec Macky Sall, pour discuter, entre autres, de la situation en Centrafrique.

Depuis le début de la crise centrafricaine, le Sénégal n’y a apporté aucun soutien militaire. Selon un diplomate, Paris souhaiterais que davantage de pays africains s’engagent sur sur le terrain. Il compterais ainsi beaucoup sur l’influence que Macky Sall peut avoir sur ses pairs, lors du prochain sommet de l’Union africaine cet été.

Mais si le Sénégal n’a aucune présence militaire en Centrafrique, Dakar a augmenté le nombre des soldats sénégalais de 590 à 800 au sein de la Minusma, la mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali, rapporte RFI.

Plan d’action anti-terrorisme franco-sénégalais

C’est aussi l’occasion de rappeler que le terrorisme demeure une préoccupation commune aux deux pays, comme le démontre le plan d’action contre le terrorisme, ( PACT). Programme de coopération entre la France et le Sénégal, initié en novembre 2013 par Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur.

Le PACT comprend aussi un volet de formation spécifique de la police judiciaire et des magistrats, grâce à la présence, aujourd’hui, de 333 éléments français au Sénégal, qui poursuivent ainsi leur mission de coopération et de formation. Jean-Yves Le Drian, n’a d’ailleurs pas manqué d’évoquer cette « stratégie du commandement d’anticipation pour le contrôle sous régional ».

Visite en Mauritanie

Le ministre français de la Défense, s’est ensuite envolé pour la Mauritanie, dans le cadre de sa tournée de l’Afrique de l’Ouest.

Il doit y rencontrer le président Mohamed Ould Abdel Aziz, qui depuis son arrivé au pouvoir a fortement renforcé sa coopération militaire avec la France, avec notamment la présence d’instructeur français dans les écoles militaires, comme à Rosso ou Atar.

« La coopération bilatérale est excellente. Une vraie relation de confiance s’est instaurée », confirme une source sécuritaire française.

Mohamed Ould Abdel Aziz, qui est aussi l’actuel président de l’Union africaine, a évoqué la possibilité d’envoyer des troupes en Centrafrique.