Sénégal : Macky Sall dit non à l’homosexualité devant Obama

Les présidents Barack Obama et Macky Sall ont animé ce jeudi matin une conférence de presse conjointe à l’issue de laquelle, la question de la dépénalisation de l’homosexualité a été soulevée. Le président Macky Sall contrairement à son homologue américain, s’oppose à cette loi en se basant sur les principes et valeurs du Sénégal.

(De notre correspondant à Dakar)

Le président sénégalais Macky Sall s’est exprimé sur la dépénalisation de l’homosexualité. « Le Sénégal n’est pour le moment pas prêt à dépénaliser l’homosexualité. C’est l’option du Sénégal pour le moment, mais le pays compte en même temps veiller à ce que les homosexuels ne soient pas discriminés ». Et de poursuivre : « cela ne veut pas dire que nous sommes homophobes. Les homosexuels ne sont pas pourchassés au Sénégal », a-t-il souligné ce jeudi matin au cours d’une conférence de presse commune tenue avec le président américain Barack Obama. Macky Sall coupe ainsi court à la rumeur selon laquelle la visite de son homologue était basée sur la dépénalisation de l’homosexualité au Sénégal.

Obama persiste sur sa position sur l’homosexualité

Le président américain Barack Obama observe que la question de l’homosexualité fait l’objet de « controverses dans plusieurs pays africains », et doit pour cela être appréhendée selon les convictions religieuses et culturelles des uns et des autres. Selon ce dernier, les Etats doivent veiller à ce que les homosexuels puissent bénéficier des mêmes traitements que les autres citoyens. Il a rappelé que cette position est conforme aux valeurs américaines basées sur la liberté et l’équité des citoyens.

La question de l’homosexualité fait polémique au Sénégal. Le responsable des jeunes du Parti démocratique sénégalais (PDS), Bara Gaye, actuellement en prison pour offense au chef de l’Etat, avait même accusé le président Macky Sall d’« avoir retiré les passeports diplomatiques de chefs religieux, d’anciens ministres et d’anciens présidents d’institutions, pour les donner à des homosexuels ».