Sénégal, Législatives : saccages et arrestations à Touba

La tension est montée d’un cran au cours des Législatives qui se déroulent au Sénégal, ce 30 juillet 2017, avec notamment des arrestations de leaders politiques, consécutives à des saccages de bureaux de vote dans la partie centre de ce pays d’Afrique de l’Ouest. L’ancien Président Me Abdoulaye Wade déplore et appelle les électeurs à la vigilance.

Confusion totale à Touba, dans la région centre du Sénégal, où deux leaders de l’opposition ont été interpellés, ce dimanche 30 juillet 2017, en marge des élections législatives. Il s’agit de Serigne Assane Mbacké et de Cheikh Mbacké Barra. Ces arrestations font suite au saccage de cinq bureaux de vote dans la capitale du mouridisme, notamment au centre de vote Serigne Abdou Lahad Mbacké. A l’origine, le mécontentement des populations qui ont « constaté l’absence de bulletins de vote » de la formation politique Manko Wattu Sénégal de l’ancien Président Me Abdoulaye Wade.

Selon le constat fait, dans une bonne partie de Touba, les élections, qui devaient débuter ce dimanche à 8 heures, n’ont pas commencé jusqu’à 14h30. Les électeurs déplorent le manque de matériel de vote et l’absence de certains membres chargés de superviser les élections, notamment les présidents de bureau. Si globalement, le vote s’est bien déroulé sur le territoire national, certains manquements sont à déplorer, notamment certains électeurs empêchés d’exercer leur droit civique, du fait de « manquements administratifs ».

Alors que le Conseil constitutionnel avait, sur requête du chef de l’Etat Macky Sall, validé le vote par le récépissé d’inscription sur les listes électorales, l’autorité administrative, notamment certains préfets, ont pris sur eux d’interdire aux électeurs de voter avec ces documents. Par ailleurs, le nom de nombre d’électeurs nouvellement inscrits ne figurerait pas sur les listes au niveau des bureaux de vote. Des manquements qui ont fini par créer la colère des électeurs. A la télévision, les images parlent d’elles-mêmes : des bulletins de vote jetés en l’air par des électeurs en colère, des urnes fracassées. Ces bulletins se retrouvent piétinés par les foules mécontentes, notamment à Touba où le nom de Me Wade est scandé par des électeurs en furie.

Pour sa part, l’ancien chef de l’Etat Me Abdoulaye Wade, dont la capitale du mouridisme Touba est le bastion, appelle les électeurs à la vigilance. A rappeler qu’il y a 47 listes de candidats à ces élections législatives et que le challenger numéro un de la coalition au pouvoir, l’opposant par ailleurs maire de Dakar Khalifa Sall est en prison, accusé de détournement de fonds.