Sénégal : le périmètre maraîcher qui a révolutionné le village Ndiéfoune Parba

Jadis, le village de Ndiéfoune Parba, dans la commune de Touba Toul, département de Thiès était en proie à une pauvreté et une insécurité alimentaire grandissante. Mais grâce au périmètre maraîcher initié par le Groupe d’initiative pour le progrès social (GIPS/WAR), l’espoir est de retour et le village est en train de connaître son ambiance d’antan. 

Ndiéfoune Parba, une localité située dans la commune de Touba Toul, département de Thiès était jadis la proie de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire. Et ne sachant plus où donner de la tête, la jeunesse était obligée d’aller dans les centres urbains. Et ce phénomène touchait également de plein fouet le gent féminine. Mais cette page est en train d’être tournée, grâce au périmètre maraîcher, initié par le Groupe d’initiative pour le progrès social (GIPS/WAR), appuyé par le ministère allemand de la Coopération, à travers une initiative dénommée « Hilfe für Afrika ».

D’une superficie de 4 hectares et d’un coût d’environ 50 millions de Fcfa, le périmètre s’inscrit dans le cadre du programme « Bay Dunde » de GIPS/WAR, articulé à continentale Kilimandjaro pour la promotion des droits fonciers des femmes. L’exploitation par les femmes du Groupement d’Intérêt Economique (GIE) Waar Wi Ndiéfoune Parba commence à porter ses fruits et à apporter une réponse à la problématique de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire. C’est ainsi que l’espoir est en train de renaître avec la production maraîchère.

Et au-delà des aspects économiques, l’exploitation du périmètre a permis aux femmes d’huiler davantage leurs relations, à travers le renforcement de la solidarité. Des groupes sont constitués pour s’occuper, à tour de rôle, de la sécurité du périmètre qui dispose d’un puits avec château d’eau et d’une pompe solaire qui alimente un système d’arrosage goutte à goutte. Selon Julie Cissé coordinatrice  de GIPS/WAR, la structure « accompagne les groupements de femmes à formaliser et sécuriser leurs périmètres maraîchers, à travers des renforcements de capacités qui tournent essentiellement autour du foncier et ses enjeux ».

Et pour huiler le dispositif, elle a plaidé la mise en place d’un fonds de roulement. Ce plaidoyer a été bien entendu par Daouda Tine, Maire de la Commune de Touba Toul, qui a pris l’engagement de faire en sorte que le projet soit pérennisé après le retrait des bailleurs et exprimé la disponibilité de renforcer le fonds de roulement pour préparer d’ores et déjà cette perspective. Dans la même veine, il a remis aux femmes du GIE de Ndoufène Parba, un titre de propriété sur le périmètre, pour leur permettre de garantir leurs activités