Sénégal : large victoire en perspective pour la coalition de Macky Sall

Les chiffres, sortis des urnes, rassemblés par les médias sénégalais à Dakar et en province, placent la coalition Benno Bok Yakaar du président Macky Sall, en tête des suffrages aux élections législatives. Selon ces premières tendances, cette coalition obtiendrait au moins 100 députés sur les 150 qui seront élus.

Les résultats sont encore provisoires. Mais, les premières tendances semblent favorables au président Macky Sall, élu le 25 mars. Sa coalition, Benno Bok Yakaar, serait assurée d’une majorité écrasante à l’Assemblée nationale, rapporte ce lundi RFI. Selon les résultats collectés par les observateurs de la société civile, elle serait en tête avec 100 députés sur les 150 qui seront élus.

Le parti démocratique sénégalais (PDS), parti de l’ancien président Abdoulaye Wade qui ne s’est lui-même pas présenté aux élections, arriverait en seconde position, talonné par la coalition Bokk gis gis (« Vision commune », en wolof), parti des dissidents de l’Assemblée nationale, du Sénat et des anciens ministres et directeurs de sociétés publiques. Les femmes, également, ne seraient pas en reste.

Plébiscite pour les femmes ?

Actuellement, seulement trente-trois femmes sont députées. Elles devraient entrer en masse à l’Assemblée nationale grâce à la loi sur la parité du 28 mai 2010 qui impose que les listes électorales « soient alternativement composées de personnes des deux sexes ». Si cela venait à se confirmer après la publication des résultats officiels, attendus ce mardi, ce serait historique. Fatou Kiné Camara, secrétaire général du Conseil des femmes sénégalaises, salue ce texte de loi qui permet aujourd’hui à des femmes de devenir députées.

Taux d’abstention élevé

Ce n’est pas la « vague féminine » annoncée qui passionnera davantage les Sénégalais. A en croire les estimations, le taux de participation serait faible avec seulement 35% des Sénégalais qui se seraient déplacés pour aller voter pour diverses raisons : division de l’opposition et remise en cause de la légitimité du pouvoir, entre autres. Pour rappel, « le 26 février et le 25 mars dernier, un électeur sur deux seulement s’était déplacé pour aller voter (lors de la présidentielle, ndlr) », souligne RFI. Le fort taux d’abstention profitera peut-être aux partis religieux qui devraient faire leur entrée au Parlement.

Lire aussi :

 Sénégal : les femmes devraient entrer en masse à l’Assemblée nationale

 Sénégal : plus de 5 millions d’électeurs inscrits pour les législatives