Sénégal : la mort d’un jeune talibé relance le débat sur le sort des enfants de la rue

La mort mardi d’un jeune talibé de 12 ans au Sénégal battu par son maître coranique a créé la polémique et relancé le débat sur le sort réservé aux enfants talibés au pays de la Téranga.

La situation des enfants talibés au Sénégal est au cœur des débats suite au décès de Dame Dieng, un talibé âgé de 12 ans, qui a succombé à ses blessures à la suite de sévices corporels infligés par son maître coranique, Samba Ndao, dans la banlieue de Dakar, Yembeul. Ce dernier souffrant d’une hémorragie et de multiples factures a succombé à ses blessures avant l’arrivée des forces de l’ordre, alertées par les voisins.

L’organisation islamique Jamra, révoltée par cet acte, appelle à la modernisation des écoles coraniques au Sénégal ainsi qu’à une enquête de moralité sur tout individu désirant en créer.

La vice-présidente de l’organisation islamique Jamra, Matar Gueye, qui s’est confiée à la BBC pointe du doigt l’inaction de la collectivité face à la situation de ces enfants talibés, qui sont confiés par leurs parents à des maîtres coraniques afin de d’inculquer une éducation religieuse, en échange de travaux domestiques. Malheureusement, ces enfants sont contraints à mendier dans les rues et sont souvent maltraités par leurs maîtres coraniques. Matar Gueye préconise la mise en œuvre effective de mesures de protection de ces enfants.

Amnesty International Sénégal a également pointé du doigt dans son rapport 2014/2015, la situation des enfants talibés dans le pays malgré les efforts des autorités pour améliorer leurs conditions de vie. Un projet de loi portant sur le statut des écoles coraniques est en cours au Sénégal.