Sénégal : l’opposition rejette toute négociation avec le Président Sall

Plusieurs formations politiques, membres de la Coalition Patriotique Taxawu Askan wi, ont négativement apprécié l’appel du Président Macky Sall à des concertations nationales et le report des élections locales. Les leaders de cette formation ont promis d’initier d’autres mesures pour faire revenir le Président Macky Sall et ses alliés de Benno Bokk Yakaar à de meilleurs sentiments.

(De notre correspondant à Dakar)

Entre la majorité présidentielle et une partie de l’opposition pilotée par le PDS, rien ne va plus. En effet, l’appel du président de la République, Macky Sall, à l’opposition pour discuter des questions phares et le refus de cette dernière est l’une des preuves de cette guerre sans merci. Hier en conférence, l’un des leaders de cette coalition de partis d’opposition, Oumar Sarr, par ailleurs, coordinateur national du PDS, a fait savoir à ses collègues que le chef de l’Etat cherche à diviser l’opposition pour mieux régner. « Certains partis politiques n’ont pas reçu leurs convocations. Rien que pour cet acte, nous ne devrions même pas aller à ces concertations. Ensuite, avant que nous ne répondions même à cet appel, le Premier ministre a annoncé le report des élections, sans avoir consulté un seul parti de l’opposition. C’est pour cela que nous disons que le Président Macky Sall ne cherche pas un dialogue sérieux avec nous », a fait savoir Oumar Sarr. Enfonçant le clou, il dira que « le Président Sall perd son temps, pour savoir très bien que la majorité des Sénégalais ne sont pas contents de lui et sont prêts à le sanctionner lourdement ».

«Les concertations ont été clanifiées»

Mme Diop Oumy Barro, Secrétaire générale permanente de l’Union des centristes du Sénégal (UCS), est aussi montée au créneau pour dénoncer les démarches de la majorité présidentielle sur la concertation autour de l’Acte III de la décentralisation. « Macky Sall a commencé à travailler cet acte de la décentralisation avec un groupuscule de personnes membres de la coalition Benno Bokk Yaakaar. Nous pensons que le Président Sall a clanifié les concertations sur l’Acte III de la décentration, qui est un projet sérieux. Benno Bokk Yaakaar ne représente pas le peuple et le sait. Maintenant, en voulant faire croire à l’opinion nationale et internationale qu’il est un vrai démocrate, il fait semblant de nous appeler au dialogue, alors qu’il a tout planifié avec son clan », précisera-t-elle. Aussi, la Coalition Patriotique Taxawu Askan wi, compte-t-elle mener des actions anti-Macky Sall pour le ramener à la table de négociations sérieuses, auxquelles toutes les formations politiques du Sénégal prendront part, sans discrimination.

Macky Sall persiste et signe : « les élections locales seront reportées »

Evoquant l’histoire, Macky Sall ne s’est pas empêché d’apprendre que c’est la première fois dans notre pays que des élections locales vont se tenir à date échue ou au moins au cours de l’année électorale. « Les élections locales ont toujours été reportées », fulmine-t-il. Non sans plaider en faveur d’un consensus national doublé d’une dynamique solidaire pour l’aboutissement de la réforme représentée par l’acte III de la décentralisation. Le respect calendaire de 2014 se justifie, selon toujours M. Sall, par les dispositions de la CEDEAO, suivant lesquelles aucune réforme électorale ou territoriale ne peut se tenir les six mois qui précédent des élections. « Les exigences méthodiques et le souci de respecter les normes nationales et communautaires en matière électorale, fonde la segmentation de cette réforme, sachant que sa mise en œuvre intégrale aurait amené à un report d’une année », argue-t-il, tout en rappelant que ses préoccupations sont principalement d’ordre technique et électoraliste.

Par contre contre, d’autres formations politiques de l’opposition, ont répondu présent à l’appel du président de la République Macky Sall. Il s’agit de la Convergence démocratique/Bokk Gis-Gis qui a été représentée par Bocar Sadikh Kane et le député Seynabou Wade, du Parti de la vérité et du développement (PVD) de Serigne Modou Kara Mbacké et de la Convergence pour le renouveau et la citoyenneté dirigée par l’ancien député Aliou Dia.