Sénégal, Immolation de Cheikh Diop : grosse colère à Dakar

Drapeau du Sénégal
Drapeau du Sénégal

Au Sénégal, c’est la grosse colère doublée d’une consternation sans précédent après la mort de Cheikh Diop suite à son immolation devant les grilles du palais présidentiel.

A Dakar,

La vidéo dans laquelle Cheikh Diop expliquait les démarches entreprises visant à se faire dédommager par l’Etat du Sénégal circule sur la Toile. Cette affaire, rare dans son genre, émeut les Sénégalais qui ont piqué une colère noire contre le Président Macky Sall et ses ministres, notamment ceux de la Justice, de la Santé et surtout des Finances.

Au marché Sandaga, les commentaires vont bon train, et les esprits se chauffent lorsque le nom de Cheikh Diop est évoqué. « C’est de la pure négligence de la part de nos autorités. Macky Sall et ses ministres sont les seuls responsables de cette mort atroce », accuse Mamadou Fall, ambulant qui confie « ne jamais pouvoir oublier le regard de Cheikh Diop dans la vidéo. Je n’ai jamais vécu quelque chose d’aussi triste », clame-t-il.

Plus loin, au niveau de la Pharmacie Guigon, Noumbé Fall, venue acheter des médicaments ne décolère pas. « Macky Sall doit juste imaginer que ce Cheikh Diop aurait pu être son frère ou son cousin. Dans tous les cas, il est Sénégalais et devait jouir de tous les privilèges dont peut bénéficier un Sénégalais dans de pareilles circonstances. Mais porter préjudice à quelqu’un et le laisser à lui-même, comme un torchon. Ce qui m’écœure le plus, c’est la sournoiserie avec laquelle les ministres de Macky Sall ont traité ce dossier. Même un chien ne méritait pas un tel traitement ».

Lire aussi : Sénégal, Vidéo avant son immolation devant le palais : Cheikh Diop est mort

Pour Thiané Diop, couturière, « le procureur doit s’autosaisir dans cette affaire et ouvrir une enquête pour non assistance à personne en danger, négligence ayant entraîné la mort. Et le premier à répondre devrait être le ministre des Finances Amadou Bâ. Ensuite l’agent judiciaire de l’Etat, qui a reçu le pauvre (elle verse des larmes), sans lever le plus petit doigt. Ces gens qui nous dirigent son tous des lâches », peste-t-elle.

« Comment comprendre que le président de la République distribue des millions à ses partisans qu’il reçoit au palais, alors qu’il est incapable de dédommager un individu amputé par la faute de l’Etat. Sûr que Cheikh Diop, comme il l’a dit, ne réclamait pas beaucoup d’argent. Il a bien soutenu qu’il voulait juste de quoi entamer une nouvelle activité, vu qu’il était devenu handicapé. Je suis persuadée que le ministre de la Santé était informé de ce cas. Il n’a même pas pensé lever le plus petit doigt. A mon avis, tous ces ministres impliqués devaient déposer leur démission. Sauf qu’au Sénégal, le ridicule ne tue plus. Je suis dépitée », confie Adja Sow, au bord des larmes.

A l’unanimité, les images de la sortie de Cheikh Diop résonnent dans les mémoires. Difficile pour les Sénégalais de tourner cette page. Une première, car, avant de se donner la mort, Cheikh Diop a tout expliqué. Il a tout tenté, en vain.