Ségou connection

 » Le Ségovien  » est un nouveau journal online consacré à la ville et à la région de Ségou, au Mali. Son but : offrir des informations actualisées aux Ségoviens du monde entier. Une initiative menée de main de maître par Moustaph Maïga.

Moustaph Maïga travaille dans la coopérative culturelle Jamana (fondée en 1983 par Alpha Oumar Konaré) depuis 1992. Responsable des informations sur Radio Jamana à Ségou puis directeur de l’antenne de Djenné en 1998, il est revenu diriger en 2001 celle de Ségou. En mai dernier, il s’est lancé dans l’aventure Internet en créant Le Ségovien, un journal dédié à la cette ville et à sa région. Le site en est aujourd’hui à sa cinquième édition hebdomadaire.

Afrik : Pourquoi avoir créé Le Ségovien ?

Moustaph Maïga : En octobre 2001, j’ai visité le site Segou.net, développé par des amis de Ségou basés à Angoulême, en France. Le site est bien et plutôt original mais contient surtout des éléments statistiques. Il n’y a pas d’informations actualisées. Or, les Ségoviens qui habitent à travers le Mali ont besoin d’informations sur leur localité. Le déclic s’est produit le 17 mai dernier lors de la Journée mondiale des Télécommunications. Nous avons organisé une vidéo-conférence à partir d’un cybercafé de la ville avec le ministre de la Communication et des Nouvelles technologies. Je me suis alors dit que les NTIC n’étaient pas réservées qu’aux gens du Nord, que les Africains pouvaient s’y mettre. C’est comme ça que je me suis lancé dans la création d’un journal électronique pour les Ségoviens éparpillés à travers le monde.

Afrik : Vous travaillez seul ?

Moustaph Maïga : J’assume toutes les casquettes : directeur de publication, rédacteur en chef, journaliste… Je cherche et je rédige les informations puis, chaque dimanche, j’envoie le contenu à Angoulême. C’est Jean-Louis Hervieux, un collaborateur de Segou.net, qui fait la pagination de là-bas.

Afrik : Vous dite en page d’accueil que c’est le  » premier journal électronique malien « , pourtant d’autres journaux maliens sont sur Internet depuis plus longtemps…

Moustaph Maïga : Peut-être. Mais aucuns des journaux maliens que l’on trouve sur Internet ne sont mis à jour correctement. Pour le moment, Le Ségovien est le seul journal sans version papier qui est actualisé chaque semaine même s’il y a aussi des rubriques mensuelles comme  » le reportage du mois  » ou  » le repère du mois « .

Afrik : Vous aimeriez développer une version papier, justement ?

Moustaph Maïga : Oui et je pense que c’est possible dans les mois à venir, dès que l’audience aura grandie et que les Ségoviens seront au courant que le journal existe. J’essaie de le faire connaître au niveau des six cybercafés de la ville : maintenant, dès que vous ouvrez un ordinateur, c’est la page d’accueil du Ségovien qui s’ouvre !

Afrik : Combien de visiteurs ont déjà surfé sur le site ?

Moustaph Maïga : Du premier au troisième numéro, nous avons reçu 14 000 visites. En trois semaines, c’est encourageant. Le numéro 4 a attiré 22 personnes rien que le premier jour. C’est bien pour un début ! Nous avons de bons retours sur le contenu et nous nous sommes rendus compte qu’il y avait beaucoup de Ségoviens à travers le monde. Ils nous ont écrit pour nous dire qu’ils se sentaient Ségoviens même en étant loin. D’autres ressortissants de Kayes ou de Sikasso nous ont dit être fiers d’être Maliens à travers ce site…

Visiter le site.