Sawadogo, le retour

Comme une réponse à une partie de ses compatriotes, qui l’a prétendu en méforme, Abdul Wahab Sawadogo a remporté l’étape de Koudougou et son désormais fameux final de plus de 25 kilomètres sur piste.

Le tenant du titre a construit son premier succès de la saison dans cet « enfer rouge » de poussière et de cailloux, qui a achevé d’épuiser tout le peloton. Au classement général, il revient à la sixième place, mais a toujours près de trois minutes de retard sur le Camerounais Martinien Tega. Le capitaine des Etalons, Saïdou Rouamba, pointe en revanche à une seconde du leader.

Il est entendu que dans cette étape, le gros morceau se situe dans les vingt-cinq derniers kilomètres, ce qui tempère les ardeurs des attaquants. Gunter Cuylits (BEL) y va tout de même de sa petite offensive dans le premier kilomètre, mais cesse son effort au cinquième. Le premier sprint intermédiaire du jour est programmé à Boromo, un kilomètre plus loin. Saïdou Rouamba (BUR) n’est pas vraiment intéressé par le maillot rose qui distingue le leader du classement des « points chauds » qui y sont distribués, mais sait que chaque seconde compte. En se classant deuxième derrière Marien, il se rapproche à une seconde du leader du classement général Martinien Tega (CAM). C’est toujours ça que les Camerounais n’auront pas !

Attaques en vain

Si Gunter Cuylits et Mahamadi Sawadogo (BUR), les deux gâchettes du peloton, essayent à nouveau de sortir du peloton dans les dix kilomètres suivants, il faut attendre le 30ème kilomètre pour voir un groupe prendre plus de 30 » d’avance. Fofana et Kouamé (CIV), Nkiema et I.Ouedraogo (BUR), avec Agbefu (TOG), en sont à l’initiative. Ils sont rejoints par Sanfo, Tall (BUR), Ali Thiam (SEN) et Bouba (CAM), avec qui ils creusent jusqu’à 45 » d’écart, avant d’être récupérés par le peloton au km 40. Une attaque tout aussi anecdotique d’une dizaine de coureurs prend fin avant le soixantième kilomètre.

Thiam entre en piste

A l’approche du secteur sur piste, les candidats sont nombreux à vouloir prendre de l’avance pour éviter le plus gros de la poussière. Sawadogo frère et frère, Keita et A.Thiam (SEN), Kaboré (BUR), Verdonck (BEL), Tekou Foukou (CAM) et Kagambega (BUR) semblent bien décidés à y parvenir, mais sont repris à cinq kilomètres de la grosse difficulté du jour. Thiam a beau tenter de poursuivre seul et même gagner le pari de mener la course à la sortie de Sabou, il est assez vite avalé par le peloton. Il mangera donc de la poussière.

Sawadogo ne prend pas les relais

L’ex-maillot jaune Joseph Sanda (CAM) tente une attaque dans la foulée, suivi par Schilliger (SUI). Mais le peloton est à nouveau groupé à 20 km de l’arrivée, l’endroit que choisit Abdul Wahab Sawadogo pour commencer son numéro. Suivi par le vainqueur de la veille, Jean-Noël Wolf, qui se sent à l’aise en qualité d’ex-VTTiste, les deux compagnons de route ne reverront plus leurs poursuivants. Décidé à s’adjuger la victoire d’étape, Sawadogo ne prend pas les relais de son allié de circonstance alsacien, et le passe dans le dernier kilomètre. A défaut d’être noble, la tactique est payante, puisque Sawadogo devance aussi Wolf d’une place au général.

Copyright Amaury Sport Organisation