Sarkozy : « On ne peut pas garder une communauté tentée par la charia »

Nicolas Sarkozy, dénonçant l’attitude de ceux qui accusent d’islamophobie toute personne qui évoque l’islam, a indiqué qu’il est impossible de garder en France « 29% d’une communauté tentée par la charia ».

Alors qu’il était l’invité d’Europe 1, l’ancien Président français Nicolas Sarkozy, tout en dénonçant l’attitude de ceux qui accusent d’islamophobie toute personne qui évoque l’islam, a pris une position sans appel. Selon l’ex-chef de l’Etat français, il est impossible de garder en France « 29% d’une communauté tentée par la charia ».

« La réalité est là : l’intégration républicaine n’a pas fonctionné, ne fonctionne pas, il faut passer à l’assimilation », a confié ce lundi 26 septembre 2016 au matin, sur Europe 1, Nicolas Sarkozy qui a lu l’inquiétante étude de l’institut Montaigne. Cette enquête révélait que les musulmans de France pouvaient être séparés en trois grands groupes : le premier (46%), « totalement sécularisé, en train d’achever son intégration » sans renier sa religion, le second plus identitaire et plus pieux, et le troisième, la véritable source d’inquiétude. L’enquête indiquait en effet que ces 29% là ont « adopté un système de valeurs clairement opposé aux valeurs de la République, s’affirmant en marge de la société ».

Se défendant qu’il n’y a « aucune hystérie là-dedans », le candidat à la primaire de la droite insiste qu’« un quart des plus jeunes musulmans sont tentés par une forme de radicalité (…). On ne peut pas garder 29% d’une communauté qui se trouve tentée par la charia, ou alors on est irresponsable (…). Cet amalgame est scandaleux ! Parce que l’hystérie que j’observe, c’est que quand on prononce le mot islam on est immédiatement accusé d’être islamophobe.