Sarkozy et Brown veulent unir leurs efforts pour le Darfour

Nicolas Sarkozy et Gordon Brown ont énoncé les conditions d’une paix durable au Darfour, vendredi, dans un entretien publié dans le quotidien britannique The Times. Ils souhaitent ainsi montrer leur détermination et leur soutient à la démarche de Ban Ki-Moon, dans son plan d’action pour le rétablissement de la paix au Darfour.

En signant un article commun ce vendredi dans The Times, le Premier ministre britannique Gordon Brown et le président français Nicolas Sarkozy se sont engagés à « redoubler leurs efforts pour faire progresser la situation » au Darfour, dans l’ouest du Soudan.

Tous deux affirment que seule la combinaison « d’un cessez-le-feu, d’une force de maintien de la paix, d’une reconstruction économique et de la menace de sanction, peut apporter une solution politique » dans cette région

Ils indiquent également que la secrétaire d’Etat française chargée des Droits de l’Homme, Rama Yade, et le ministre adjoint britannique des Affaires étrangères, Lord Mark Malloch-Brown, devraient se rendre dans les prochains jours au Soudan, y compris au Darfour, dans le cadre de la pression diplomatique visant à obtenir un cessez-le-feu rapide.

Cet article commun de Brown et Sarkozy dans le Times est publié au moment où le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a lancé un appel pressant les pays membres à fournir au plus vite soldats et équipements à la force « hybride » des Nations unies et de l’Union Africaine (UA) de 26.000 hommes, devant se déployer au Darfour.

Ban Ki-Moon réclame plus de moyens et veut ramener les acteurs du conflit à la table des négociations.

« J’appelle les Etats membres (de l’ONU) à fournir d’urgence les moyens militaires qui manquent encore à la Minuad et qui sont cruciaux pour qu’elle puisse remplir son difficile mandat », écrit-il dans un rapport au Conseil de sécurité.

Le secrétaire général de l’ONU se rendra la semaine prochaine au Soudan, au Tchad et en Libye avec l’intention de « jeter les fondements d’une paix durable » au Darfour. Il indique par ailleurs qu’il profitera de son voyage au Soudan, du 3 au 6 septembre, pour « s’entretenir avec le gouvernement et les autres acteurs des moyens de remettre rapidement les parties au conflit sur la voie de la négociation politique. »

M. Ban Ki-Moon réagit sans détour à la recrudescence des violences au Darfour, déclarant : « Je condamne fermement toutes les attaques par toutes les parties, j’appelle le gouvernement du Soudan et les autres parties à s’abstenir de toute action militaire et à oeuvrer à l’établissement d’un climat qui soit propice aux négociations envisagées. »
Le conflit qui sévit depuis plus de quatre ans au Darfour, province de l’ouest du Soudan, a fait 200.000 morts et deux millions de déplacés, selon l’ONU, des chiffres contestés par le Soudan qui parle de 9.000 morts.