Sahel : deux fois plus de personnes en besoin d’aide alimentaire immédiate en 2019

La faim en Afrique

Dans près de seize pays de la région du Sahel, le nombre de personnes en besoin d’aide alimentaire a doublé à la fin de l’année 2019. Le RPCA (Réseau de prévention des crises alimentaires) a réuni lundi sur Paris, les représentants des pays africains en cause ainsi que plusieurs experts internationaux.

9,4 millions d’individus en insécurité alimentaire

Une réunion d’experts de gouvernements tenue sur Paris, ce lundi 9 décembre 2019, a révélé des chiffres alarmants sur la situation humanitaire dans le Sahel. A la fin de l’année 2019, il a été estimé à 9,4 millions le nombre de personnes ayant urgemment besoin d’une aide alimentaire. Cela représente le double du nombre recensé l’année passée, qui était de 4,8 millions.

Si ces chiffres concernent principalement 16 pays du Sahel, la situation est plus criarde dans 3 de ces pays, identifiés comme étant les plus aux prises avec la faim. Le Nigeria avec 4 millions d’individus, le Burkina Faso avec 1,2 million de personnes et le Niger avec 1,5 million de personnes, sont classés dans la catégorie des pays en phase de crise. Le RPCA indique qu’il s’agit du stade 3 sur une échelle de 5.

Hausse de l’insécurité dans le Sahel en 2020

La région doit surtout cette recrudescence de la faim à la montée de l’insécurité et des violences communautaires. Le réseau a reçu dans ses locaux, ce lundi, les représentants des 16 Etats du Sahel touchés par ce phénomène ainsi que plusieurs experts, ONG internationaux et investisseurs potentiels.

Mahalmoudou Hamadoun du CILSS (Comité inter-état de lutte contre la sécheresse au Sahel) a souligné que le nombre de déplacés hors de leurs foyers a nettement augmenté en raison de l’insécurité. Cela a eu pour conséquence d’accentuer la pression sur les ressources alimentaires et de désorganiser les moyens d’existence dans les pays touchés, en l’occurrence les marchés.

Des projections du RPCA sur la période s’étalant entre juin et août prochain font état d’une hausse du nombre d’individus en insécurité alimentaire avoisinant les 14 millions.