Sahara occidental : une délégation algérienne au Maroc ?

Les relations entre le Maroc et l’Algérie se sont davantage détériorées ces derniers temps avec des tensions nées de violences verbales. Des piques que les dirigeants des deux pays se sont lancées et qui ont envenimé la situation. C’est dans ce contexte que le journal algérien Achourouk a annoncé qu’une coalition de partis politiques algériens se prépare à rendre visite au Maroc pour « redynamiser » les relations politiques entre les deux pays.

Alors qu’une crise politique sans précédent gangrène les relations entre le Maroc et l’Algérie, une coalition de partis politiques algériens se prépareraient à visiter dix formations politiques au Maroc. L’information vient du journal algérien Achourouk. Ce voyage ne fait pas l’unanimité en Algérie et n’a même pas été confirmé au Maroc. Info ou intox ? Pourtant, le quotidien Achourouk décrit avec précision ce déplacement qui interviendrait la semaine prochaine.

L’objectif serait de « redynamiser » les relations politiques entre les différents partis politiques du Maghreb. Une décision qui aurait été prise d’un commun accord avec dix partis politiques marocains, dont le Parti Justice et Développement (PJD) à la tête du gouvernement. Le journal algérien affirme même qu’une cérémonie de « levée du drapeau » algérien au consulat d’Algérie à Casablanca aura même lieu. Récemment, le drapeau algérien du consulat de Casablanca a été arraché par un sit-inneur en protestation aux récentes déclarations d’Alger au sujet de la protection des droits de l’Homme au Sahara occidental.

Toujours d’après Achourouk, le Mouvement des nationalistes libres, présidé par Lakhdar Bensaid, le Parti de la justice et du manifeste de Naima Salhi, le Front de bonne gouvernance, le Front de militantisme national, mais également des membres de la société civile algérienne seront du voyage au Maroc.

Pas de confirmation au Maroc

Seulement voilà, le PJD affirme ne pas être au courant de cette visite ! Aïcha Elabassy, coordinatrice de la communication du parti, s’est même dit surprise, dans une déclaration faite à medias24. Même son de cloche chez Reda Benkhaldoun, responsable des relations extérieures du parti, qui affirme que le PJD « n’a pas été approché par cette délégation, nous ne sommes au courant de rien. D’ailleurs, je viens de vérifier nos courriers ce matin, il n’y a rien », a-t-il confié. Les responsables des neuf autres partis marocains n’ont eux aussi rien confirmé.

Une incompréhension totale règne autour de cet effet d’annonce. Ce qui n’a tout de même pas empêché de susciter l’émoi au sein d’une frange de la classe politique algérienne et d’une partie de la société civile. Si certains ont salué cette initiative, rappelant que les Marocains et les Algériens sont deux peuples frères, d’autres l’ont catégoriquement rejetée.

Des voix s’élèvent pour qualifier cette coalition de partis algériens comme de simples « petites formations ».