Sahara : l’armée marocaine ouvre le feu sur des chercheurs d’or mauritaniens

Les forces armées royales

Des unités de l’armée marocaine retranchées derrière le mur de défense ont tiré sur des orpailleurs mauritaniens qui opéraient dans la banlieue de la ville de Bir Mogreïn, Willara de Tiris Zemmour. Heureusement, aucune victime n’a été déplorée dans cet embrouillement.

L’insécurité est de plus en plus grandissante dans le Sahara Occidental et les environs. Un territoire de 266 000 km au Nord-Ouest de l’Afrique, bordé par la province marocaine de Tarfaya au Nord, l’Algérie au Nord-est, la Mauritanie à l’Est et au Sud, tandis que sa côte OPuest donne sur l’Atlantique. Le territoire est revendiqué à la fois par le Maroc et par la République arabe sahraouie démocratique (RASD), proclamée par le Front Polisario, en 1976.

Le Front Polisario est un mouvement dont l’objectif est l’indépendance totale du Sahara occidental, revendication soutenue par l’Algérie. Devenu un enjeu global illustrant la rivalité entre le Maroc et l’Algérie, le dossier saharien bloque toujours la construction de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Cet imbroglio rend la situation sécuritaire très précaire dans ces zones et qui pousse le Maroc à mettre sous haute surveillance toutes es frontières avec ses pays voisins.

Selon Sahara Medias, des informations ont été reçues par les orpailleurs selon lesquelles les régions proches du mur de sable marocain sont riches en pépites d’or presque pur. Lorsqu’ils ont voulu vérifier, ils ont été accueillis par des rafales tirées par l’armée marocaine, ce qui a causé une grande panique dans leurs rangs. D’après la même source, les orpailleurs avaient déjà été interdits d’approcher cette région.

Dans cette région, le mur de sable marocain se trouve sur le territoire mauritanien. Les autorités mauritaniennes avaient précédemment prévenu les « chercheurs d’or » de ne pas s’aventurer dans la zone frontalière ou d’allumer les phares des voitures pendant la nuit. Ayant fait fi de ces recommandations, ces Mauritaniens ont bravé les interdictions, au point de compromettre leur vie.

Le Maroc, qui a un regard sur ces territoires, a vu les Etats-Unis reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental, en échange de la normalisation des relations entre le royaume chérifien et l’Etat hébreu. D’ailleurs, fin décembre, une délégation israélienne avait effectué un déplacement au Maroc où, en présence du gendre de Donald Trump, Jared Kushner, et un émissaire de Benyamin Netanyahou, plusieurs accords de coopération ont été signés.