Sahara : comment le Front Polisario compte bloquer les accords Maroc-UE

Brahim Ghali, Secrétaire général du Front Polisario

Le Front Polisario est décidé à faire bloquer l’application des accords de pêche et d’agriculture conclus entre l’Union Européenne et le Maroc et qui s’étendent sur le territoire du Sahara Occidental. Comment ?

C’est dans un entretien à Sputnik que Mhamed Khadad, responsable des relations extérieures du Front Polisario, a indiqué que le Sahara Occidental saisira la Cours de justice de l’Union Européenne (CJUE) pour bloquer l’application des accords de pêche et d’agriculture intervenus entre l’Union Européenne et le Maroc, pointant le rôle de la France et de l’Espagne dans ce dossier.

S’exprimant sur le fondement juridique de ces accords considérés « illégaux et injustes et qu’ils ne respectent pas les différentes décisions de la CJUE. (…) », Mhamed Khadad déclare : « Nous allons de nouveau revenir à la justice européenne. Nous allons déposer une requête le plus tôt possible auprès de la CJUE contre ces accords illégaux qui ont été à la fois accepté par la commission européenne, mais également par le parlement européen ».

Le responsable, qui se dit convaincu que « la CJUE réaffirmera les décisions qui ont été prises en 2015, 2016 et 2018 », ajoute que « la France a été l’un des plus grands défenseurs de la position marocaine à l’Union Européenne quand il s’agissait de signer de nouveaux accords en flagrante contradiction avec la décision de la CJUE » qui, insiste-t-il, stipule « que le Maroc et le Sahara Occidental étaient deux territoires distincts et séparés, et que le Maroc n’avait pas de souveraineté sur le Sahara occidental ».

Accusant que « la France a été le pays le plus intransigeant dans cette manœuvre visant à contourner la décision de la CJUE », Mhamed Khadad insiste qu’en cas de mise en application des accords de pêche et d’agriculture UE-Maroc, adoptés par la commission et le Parlement européen, le Front saisira de nouveau la Cours de justice de l’Union européenne (CJUE).