Rwanda: Paul Kagamé estime que l’heure est venue de mettre fin à l’ingérence de la France

Le chef de l’Etat rwandais , Paul Kagamé, a estimé mardi que l’heure est venue de mettre fin à l’ingérence de la France dans les affaires internes des Rwandais, ajoutant qu’il est temps de substituer une autre culture africaine à la Francophonie.

Le Président rwandais, qui manie la langue de Sheakespeare mieux que celle de Voltaire, s’exprimait lors d’une conférence de presse dans son bureau du « village Urugwiro » à Kigali. Le chef de l’Etat rwandais a critiqué le gouvernement français, pour l’attitude d’arrogance et de dictature qu’il adopte, depuis des années, dans quelques pays africains dont le Rwanda, mais plus particulièrement dans ses anciennes colonies.

« Je vous le jure que ce qui s’est produit ici pendant des années, ne se produira plus dans notre histoire », a-t-il promis, d’un ton amer, accusant le gouvernement français d’avoir non seulement soutenu le génocide perpétré au Rwanda en 1994, mais également joué un rôle en faveur des violences survenues dans plusieurs pays africains.

La politique africaine de la France vivement critiquée

M. Kagamé a vivement pris à partie la politique de la Françafrique, a qualifié d’insulte sérieuse les récents propos du président français, Jacques Chirac, à l’égard de son homologue sud-africain, Thabo Mbeki, en réaction à la médiation de ce dernier dans la crise ivoirienne.

Citant par ailleurs l’exemple de la Côte d’Ivoire, du Tchad et de la République centrafricaine, le général Kagamé s’est interrogé sur la motivation des Français, lorsqu’ils choisissent de combattre aux côtés de groupes rivaux plutôt que d’entreprendre la voie de la médiation.