Rwanda : libération d’une journaliste emprisonnée pour « insulte » au Président


Lecture 1 min.
arton40998

Une journaliste rwandaise, Agnès Uwimana Nkusi, a été libérée mercredi après quatre ans passés derrière les barreaux. Arrêté en 2010, elle avait été condamnée pour « insulte » au Président et négation du génocide de 1994. Elle a déclaré ne rien regretter.

La journaliste rwandaise, Agnès Uwimana Nkusi, rédactrice du quotidien Umurabyo, a été libérée après quatre ans de prison. Elle avait été condamnée pour avoir notamment critiqué le président de la République, Paul Kagamé, dans ses articles. « Je suis très heureuse de sortir de prison et je vais poursuivre ma carrière », a-t-elle dit aux journalistes.

« Je n’ai pas de regrets »

Arrêté en 2010, elle est condamnée l’année d’après à 17 ans de prison. Sa peine est rabaissée en 2012 à 4 ans de prison quand la Cour suprême l’innocente des accusations de négation de génocide et de propagande de divisions ethniques, rapporte l’AFP.

« Je suis très heureuse de sortir de prison et je vais poursuivre ma carrière », a déclaré Agnès Uwimana Nkusi, qui poursuit : « je n’ai pas peur de ces quatre années de condamnation. (…) Je n’ai pas de regrets, je suis décidée à faire mon travail jusqu’à ma mort ». Elle a affirmé qu’elle continuerait à critiquer le gouvernement dans ses articles.

Le Rwanda occupe la 162e sur 180 pays, selon le classement 2014 de l’ONG Reporter sans frontières (RSF) sur la liberté de la presse.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter