Rwanda : le gouvernement dénonce la présence des militaires ougandais sur son sol

Le Président rwandais, Paul Kagame

C’est un nouveau tournant dans le conflit entre le Rwanda et l’Ouganda. Kigali a dénoncé l’entrée frauduleuse des troupes ougandaises sur sol. Dans un entretien avec les médias de la place, Vincent Biruta, ministre rwandais des Affaires étrangères a indiqué que ces militaires ougandais sont à la base de plusieurs enlèvements des citoyens rwandais depuis leur entrée en juillet dernier.

Le conflit entre le Rwanda et l’Ouganda est loin d’atteindre son épilogue. Ce 12 août, le gouvernement rwandais, par le canal de son ministre des Affaires étrangères, Vincent Biruta, s’est dit inquiet de la présence des militaires des Forces de défense du Peuple ougandais (UPDF) sur son sol. Selon M. Biruta, ces militaires rançonnent et enlèvent des citoyens rwandais.

« Nous pouvons également dire qu’il y a effectivement eu des incidents à la frontière où les organes de sécurité rwandais ont tiré sur des passeurs ougandais, qui résistaient violemment à l’arrestation par les organes de sécurité, après être entrés illégalement au Rwanda. Ce n’est pas nouveau, c’est une vieille histoire et cela a été rapporté et vous avez également vu ces dernières semaines de nombreux incidents de l’UPDF entrant au Rwanda, enlevant des Rwandais pour les amener en Ouganda, en vue d’exiger des rançons pour leur libération », a-t-il déclaré.

Un appel au dialogue !

Pour M. Biruta, la présence de ces militaires sur le sol rwandais nécessite un dialogue franc entre les deux pays, en vue de pérenniser les acquis du processus de réconciliation amorcé sous la médiation de la République Démocratique du Congo et l’Angola. « Des membres de l’UPDF ont, à plusieurs reprises traversé la frontière et enlevé ou tenté de kidnapper des Rwandais sur notre territoire. Nous devons empêcher toute escalade de ces incidents. Le gouvernement rwandais est toujours ouvert à ce dialogue dans lequel nous sommes aidés par la République Démocratique du Congo dans ce processus et nous espérons que nous serons à mesure de résoudre ces problèmes », a-t-il ajouté.

Signalons que depuis l’année dernière, le Rwanda et le l’Ouganda vivent à couteaux tirés. A la base, le régime de Paul Kagame accuse Kampala d’enlèvements de ses citoyens et de soutien aux mouvements rebelles pour renverser le gouvernement en place. De son côté, le régime Museveni accuse son voisin d’avoir espionné certains membres de son gouvernement.