RFI revendique son indépendance

Sous interdiction d’émettre en Côte d’Ivoire, brouillée au Togo, RFI connaît actuellement quelques déboires en Afrique. Jean-Paul Cluzel, PDG de Radio France internationale, reste serein. S’il déplore ces atteintes à la liberté de la presse, il estime qu’il faut se montrer compréhensif et tient à rappeler que RFI n’est pas une radio inféodée à l’Etat français. Interview.

Radio France internationale (RFI) s’est tue en Côte d’Ivoire. Muselée par les autorités alors que le pays traverse une grave crise politique depuis l’insurrection militaire du 19 septembre dernier. Impossible également de capter RFI en modulation de fréquence au Togo, brouillée par Lomé voici deux semaines suite à la diffusion sur ses ondes d’une interview de l’ex-Premier ministre togolais, Agbéyomé Kodjo. Jean-Paul Cluzel, président du groupe RFI, garde malgré tout la tête froide. Il déclare comprendre, sans pour autant les cautionner, les mesures coercitives prises par Abidjan à l’encontre de la presse étrangère.

Afrik : Pourquoi RFI n’émet-elle plus en Côte d’Ivoire ?

Jean-Paul Cluzel : Tous les émetteurs des radios internationales ont été coupés par les autorités. Il n’y a pas seulement RFI qui est touchée. La BBC et Africa N°1 connaissent également le même sort. Même si je trouve la situation excessive, infondée et injuste, je crois qu’il faut se montrer compréhensif envers de telles mesures. Car la Côte d’Ivoire, actuellement confrontée à une importante rébellion militaire, traverse une grave crise qui menace l’intégrité de l’Etat. Un contexte complexe qu’il faut prendre en compte. Quand la France a été envahie en 39-40, je ne suis pas sûr que la liberté de la presse était celle qui prévalait trois ans plus tôt.

Afrik : RFI est accusée d’être la voix de Matignon. Le fait que la radio soit financée à plus de 50% par le ministère des Affaires étrangères ne pose-t-il pas le problème de votre indépendance éditoriale ?

Jean-Paul Cluzel : Radio France internationale n’a rien à voir avec la politique du gouvernement français. Nous sommes certes subventionnés par l’Etat, mais nous avons signé en 1986 un statut d’indépendance éditoriale qui n’a jamais été remis en question jusque-là. Le ministère de la Communication finance France Télévisions à hauteur de 70% avec la redevance. Or, les chaînes publiques gardent tout à fait leur indépendance.

Afrik : Une radio qui s’appelle Radio France internationale ne porte-t-elle pas déjà dans son propre nom le germe des accusations dont vous êtes victimes ?

Jean-Paul Cluzel : C’est exact et c’est également vrai pour des radios internationales telles que la VOA (Voice of America) et la BBC (British broadcasting corporation). Il n’y a rien à faire sur ce point précis, il y aura toujours une part de suspicion.

Afrik : La fréquence de RFI est brouillée depuis 15 jours au Togo suite à la diffusion de l’interview de l’ex-Premier ministre togolais. Où en est la crise ?

Jean-Paul Cluzel : Il n’y a pas de crise, c’est un problème provisoire.