Réseaux routiers en Afrique : « La spécificité est que nous partons de très loin en termes d’existant », selon Franck Mathiere (Magil)


Lecture 5 min.
Routes en Afrique
Routes en Afrique

Toutes les mégalopoles africaines sont confrontées à la problématique de l’urbanisation effrénée et à son corollaire, la multiplication des embouteillages. Pour fluidifier la mobilité dans les espaces urbains et améliorer tant les conditions de vie des habitants que le climat économique, les grandes villes africaines misent sur des projets d’infrastructures ambitieux. À l’image de la « Pénétrante Est » construite par le groupe Magil à Douala, qui devrait permettre de décongestionner le trafic routier dans la capitale économique camerounaise.

Le Caire : 24 millions d’habitants. Lagos : 22 millions. Kinshasa : 12,6 millions. Luanda : 9 millions. Abidjan : 4,7 millions. Douala : 2,8 millions. Lomé : 2,5 millions. Au-delà d’être toutes situées sur le même continent, ces mégalopoles africaines partagent les mêmes maux : la surpopulation et son corollaire direct, l’urbanisation effrénée. Anarchique. Hors de contrôle. Avec une population qui est passée, en deux décennies seulement, de 800 millions à plus de 1,2 milliard d’individus, l’Afrique fait en effet face à une problématique d’urbanisation inédite, par son ampleur et sa rapidité, dans l’histoire de l’humanité.

Plus d’habitants, et plus d’urbains. Depuis vingt ans, l’urbanisation en Afrique s’accroît en moyenne de +4,5% par an, soit le taux le plus élevé au monde. Sans inflexion de cette dynamique, le continent comptera, selon les estimations, de 300 à 900 millions d’urbains supplémentaires en 2050, date à laquelle plus de six Africains sur dix vivront en ville. Une croissance urbaine sidérante, qui porte en elle les germes de problématiques sociales, économiques, politiques et environnementales encore difficiles à appréhender. Mais dont certains des effets, très concrets, sont déjà perceptibles et ont un impact immédiat sur la vie de centaines de millions d’Africains. À l’image de ces interminables embouteillages qui sont, dans la plupart des mégalopoles africaines, le fardeau quotidien des automobilistes.

Près de 500 milliards de dollars : le coût astronomique des embouteillages en Afrique

Des kilomètres et des kilomètres de bouchons, des heures et des heures perdues dans le trafic, des journées à rallonge, commencées bien avant le lever du soleil et finies bien après son coucher : tel est le sort, difficilement concevable dans les pays développés, d’innombrables travailleurs africains. Au-delà de leurs conséquences pratiques sur la vie personnelle des automobilistes concernés, ces embouteillages monstres ont un impact direct sur l’économie des pays africains. D’après une étude publiée en 2022, les pertes de productivité dues aux congestions routières représenteraient, au Ghana, jusqu’à 8% du PIB.

Temps perdu, carburant gaspillé, émanations supplémentaires de gaz, parc automobile vieillissant, bruit, accidents… : rien qu’à Lagos (Nigeria), les embouteillages coûteraient 19 milliards de dollars par an, selon la Banque africaine de développement. Et, à l’horizon 2030, le coût des embouteillages pourrait, sur l’ensemble du continent, atteindre les 488 milliards de dollars. Vice-président exécutif du groupe Magil à l’origine d’un grand projet routier à Douala, Franck Mathiere estime qu’en Afrique, « la spécificité des réseaux routiers est que nous partons de très loin en termes d’existant ».

Les grands moyens pour décongestionner les grandes villes

Avec un nombre de voitures en circulation sur le continent qui devrait, selon l’étude précitée, croître considérablement d’ici à 2050, rien n’indique que la problématique de la congestion urbaine africaine se résolve à court terme. Pour les grandes villes d’Afrique, répondre à cette intensification de la mobilité automobile tout en partageant mieux la route avec d’autres moyens de transport, comme les bus à haut niveau de service (BHNS), impliquera donc d’investir, massivement, dans de nouvelles infrastructures. À l’image du projet de « pénétrante Est » déployé par l’entreprise canadienne Magil à Douala : pour les habitants de la capitale économique du Cameroun empêtrés dans des embouteillages sans fin, ce chantier fait figure d’urgence quasi-vitale.

Débutés en février dernier, les travaux avancent à grand train. Il s’agit, d’après les promoteurs du projet, de doter Douala d’une « voie de transit à double sens et de deux voies de desserte à 2 voies en monosens de 9 kilomètres ». Mais également de plusieurs voies alternatives, de trois passerelles pour les piétons et de plusieurs ouvrages d’art. Bref, un chantier titanesque que le groupe canadien espère voir livré fin 2024 – début 2025. À terme, les habitants de Douala et les quelque 500 000 passagers annuels de l’aéroport international de la ville devraient bénéficier d’une infrastructure routière plus moderne, plus large, plus confortable, mieux entretenue — mais, surtout, plus rapide et qui permettra, enfin, de décongestionner les autres axes de la ville portuaire camerounaise. Un exemple qui a vocation à se multiplier dans les grandes agglomérations africaines, à l’image du Togo, qui a entamé, en 2020, trois grands chantiers sur des axes stratégiques rayonnant depuis Lomé ou du Bénin qui, depuis 2019, a lancé le bitumage de 600 kilomètres de voies urbaines.

Développer les transports en commun, l’autre impératif des villes africaines

Si, à l’exemple de la pénétrante Est de Douala, de meilleures infrastructures routières sont incontournables pour fluidifier le trafic des grandes capitales africaines, le développement, massif, des moyens de transport en commun demeure l’autre piste privilégiée. Aux quatre coins du continent, des projets de tram, bus et autres trains fleurissent afin de proposer aux habitants des grandes villes des moyens de transport alternatifs au tout voiture. À Abidjan, la construction de plusieurs corridors de « bus rapid transit » a été actée en 2021 et devrait être achevée d’ici deux ans ; et, au Sénégal voisin, c’est un tout nouveau train express régional (TER) qui a été inauguré, l’année dernière, permettant de transporter 1,7 million de voyageurs dès son premier mois d’exploitation. Autant de projets d’envergure qui, sans prétendre « régler » une problématique aussi complexe que celle de l’urbanisation galopante en Afrique, apportent au moins un peu d’air, de temps et de liberté aux travailleurs du continent.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter