Remis à la Libye, Saadi Kadhafi serait en danger de mort

Alors qu’il s’était réfugié au Niger Saadi Kadhafi, un des fils de Mouammar Kadhafi, le défunt leader libyen, a été remis aux autorités libyennes. Mais selon des ONG nigériennes, il serait en danger de mort.

Remis ce jeudi par le Niger à la Libye, la vie de Saadi Kadhafi, un des fils de Mouammar Kadhafi, est « menacée », selon Kani Abdoulaye, président du Collectif des organisations de défense des droits de l’Homme et de la démocratie (CODDHD), qui regroupe une quarantaine d’ONG nigériennes.
Le responsable estime en effet que la Libye est un « non-Etat sans aucune sécurité. On est vraiment indignés. L’Etat du Niger a dit avoir accueilli Saadi pour des raisons humanitaires. Aujourd’hui, c’est au mépris des conventions de Genève, auxquelles le Niger fait partie, qu’il a été extradé et nous estimons que sa vie est menacée dans son pays ».

Pour Kani Abdoulaye, en remettant Saadi Kadhafi aux autorités libyennes, « le Niger n’a pas honoré ses engagements vis-à-vis de la communauté internationale et des Nigériens ». « Nous aurions souhaité que le Niger l’expulse vers un autre pays de son choix, et pas vers la Libye où il n’y a ni sécurité, ni Etat », a rouspété Kani Abdoulaye. « Nous nous demandons si Saadi n’est pas une monnaie d’échange. Nous demandons au gouvernement du Niger d’expliquer sa décision », a-t-il lancé, sans fournir plus de détails. Niamey n’a pas encore annoncé officiellement avoir extradé Saadi Kadhafi, mais les autorités libyennes ont indiqué qu’il leur avait été remis aujourd’hui par le Niger.

Agé aujourd’hui de 40 ans, Saadi Kadhafi s’était réfugié au Niger en septembre 2011 peu avant la chute du régime de son père, qui avait été capturé puis tué dans la ville de Syrte le 20 octobre 2011. Les autorités libyennes accusent Saadi Kadhafi de meurtre et d’implication dans la répression de la révolte de 2011. Son frère Seif-al-islam est lui aussi incarcéré dans une prison à Zenten, en attendant son jugement.