Remaniement en Egypte : Mohamed Morsi nomme 9 nouveaux ministres

Le président Egyptien Mohamed Morsi a procédé ce mardi au remaniement ministériel de son gouvernement. Neuf nouveaux ministres ont intégré la nouvelle équipe gouvernementale

En Egypte, neuf nouveaux ministres entrent dans le gouvernement de Mohamed Morsi. Le président égyptien a tenu parole. La rumeur circulait depuis une dizaine de jours, le remaniement tant attendu a finalement eu lieu ce mardi. L’annonce a été faite ce mardi par l’agence de presse Egyptienne Mena. Elle a été confirmée plus tard par le premier ministre Hicham Quandil.

Selon le porte-parole du premier ministre égyptien, neuf nouvelles têtes intégreront le nouveau gouvernement dont : Ahmed Souleymane (Ministre de la justice), Hatem Bagato (Ministre des Affaires parlementaires) Cherif Hassan Haddara (Ministre du Pétrole et des Ressources Naturelles), Ahmed Aissa Ahmed (Ministre du Patrimoine de l’Antiquité), Ahmed Mahmoud Al-Gizawy (Ministre de l’Agriculture et des affaires foncières), Fayad Abdel Moneim Ibrahi (Ministre des finances), Amr Darrag (Ministre de la Planification et de la Coopération Internationale), Alaa Abdel Aziz (Ministre de la Culture), Yahya Hamed (Ministre de l’Investissement).

Le remaniement ne concernera pas que neuf ministères. Le premier ministre Hicham Quandil a annoncé lundi que onze postes ministériels sont visés. Les nouveaux ministres sont pour la plupart des membres des frères Musulmans, parti au pouvoir dont est issu Mohamed Morsi. Les autres sont proches de la confrérie ou islamisants.

Deux ministères sont restés intacts

Le remaniement a aussi apporté son lot de surprises pour de nombreux égyptiens qui réclamaient le départ de Saleh Abdel Meksouk et de Mohamed Ibrahim, respectivement ministre de l’Information et de l’Intérieur.

Deux postes ministériels qui sont restés intacts, alors qu’ils étaient au cœur d’une polémique de propagande et de violence durant le procès des victimes de Port-Saïd. Le portefeuille du ministère de la Justice revient à Ahmed Souleymane, à la suite de la démission d’Ahmed Mekki, à quelques jours du remaniement.

L’opposition égyptienne ne cache pas son amertume face à ce remaniement. Des membres du parti Al-Nour et du Front National du Salut, deux partis de l’opposition, demandent à Mohamed Morsi de démettre Hicham Quandil de ses fonctions de Premier ministre. L’opposition réclame un gouvernement neutre pour scruter les prochaines élections législatives repoussées en octobre 2013 en raison d’une nouvelle loi électorale.