RDC : une église lance une campagne de chirurgie gratuite pour les femmes

arton41247

L’église Kimbanguiste à Kinshasa, en République démocratique du Congo, a initié une campagne gratuite destinée aux femmes malades en attente d’opérations chirurgicales.

Une campagne de chirurgie gratuite, organisée par l’église kimbanguiste, a débuté, ce mercredi, au centre médical Kimbanguiste de la commune de Makala, à Kinshasa. La campagne, programmée jusqu’au 8 juillet, cible les femmes âgées de 12 à 62 ans. Plus de 60 femmes se sont déjà faites enregistrer, et d’autres continuent d’affluer de Kinshasa, du Bas-Congo et du Bandundu.

La plupart d’entre elles rencontrent des problèmes de myome, de kyste ovarien ou d’appendicite, sans compter certains cas de masses au niveau des seins ou de la peau. Les médecins du centre médical Kimbanguiste entendent opérer jusqu’à dix patientes par jour. La somme de 30 dollars américains sera toutefois réclamée pour chacune des patientes qui devront aussi acheter elles-mêmes les médicaments à prendre après l’opération. Mais l’acte chirurgicale ainsi que les produits nécessaires à l’opération sont gratuits.

« Ma petite fille souffre de l’appendicite. Je n’ai pas de possibilité de la faire soigner, j’ai profité de cette occasion », a témoigné le grand-père d’une jeune opérée.

La barrière de l’argent

« Nous sommes dans un milieu urbano-rural. On a constaté qu’il y avait beaucoup de cas à opérer, mais les malades ne venaient pas à l’hôpital parce qu’ils n’avaient pas d’argent. On peut programmer une intervention et le malade ne vient pas. On a essayé d’écrire au chef spirituel s’il pouvait nous soutenir, nous permettre d’organiser une action dans ce sens. Et voilà, aujourd’hui, les femmes sont là », indique le docteur Moise Lelo.

Pour les habitantes malades de Makala désirant profiter de cette campagne pour se faire opérer, la principale barrière est de parvenir à atteindre le centre de santé situé sur l’avenue Bahumbu. Car, comme l’indique Radio Okapi, la route est « impraticable », « seules les motos y parviennent, et péniblement ».