RDC : une attaque contre le cortège de Katumbi à Kindu fait un mort et des blessés


Lecture 3 min.
Moïse Katumbi
Moïse Katumbi

La campagne électorale, débutée le 19 novembre 2023 en RDC, a enregistré, ce mardi, des actes de violence graves avec mort d’homme et des blessés dans le camp de Moïse Katumbi.

En déplacement, ce mardi, à Kindu dans la province du Maniema, le cortège de Moïse Katumbi a été attaqué par des jeunes présentés comme des militants de l’UDPS, le parti au pouvoir. C’est lors de la marche du candidat vers la place Mapon où devait se tenir son meeting que l’attaque a eu lieu. Des jets de pierre ont entraîné des blessés dans le camp de Moïse Katumbi. Selon la presse locale, les militants de Katumbi ont riposté en attaquant la résidence du gouverneur, Idrissa Mangala, également à coups de pierre.

Dans la foulée, les jeunes présentés comme des militants de l’UDPS s’en sont pris à la résidence de l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo située dans le périmètre. La situation était telle que la police a dû intervenir, tirant des coups de feu pour disperser les manifestants. Finalement, le président du parti Ensemble pour la République a tout de même tenu son meeting.

La tribune publique de Kindu interdite d’utilisation

Au lendemain du meeting tenu à Kindu, précisément à la tribune publique, par Félix Tshisekedi, l’espace a été fermé officiellement pour raison de travaux. Une situation que l’opposition et la société civile du Maniema interprètent comme une manœuvre visant à empêcher les opposants d’utiliser ce lieu qui accueille généralement les manifestations qu’elles soient politiques, culturelles ou religieuses. Suffisant pour faire sortir Augustin Matata Ponyo, nouveau soutien de Moïse Katumbi de ses gonds : « Scandale à Kindu : la tribune publique a été fermée pour travaux, un jour après le meeting du Président Tshisekedi pour empêcher Matata et Katumbi de faire leur meeting à ces lieux. Pour mémoire, cette tribune a été construite, en 2015, par le gouvernement Matata », écrit-il sur X, ce matin.

Le camp Katumbi dresse le bilan de l’attaque et accuse

Dans cette même journée, le camp Katumbi a tenu une conférence de presse pour revenir sur les événements qui se sont déroulés plus tôt. Me Hervé Diakese, porte-parole du parti de Moïse Katumbi, a mis en cause le gouverneur de la province. « Des sources concordantes attestent que des assaillants ont lapidé le cortège de Moïse Katumbi, depuis l’enceinte [de la résidence] du gouverneur Idrissa Mangala, des tirs à balles réelles ont été entendus de manière régulière », a déclaré l’avocat. Puis, on retient du bilan dressé par le conférencier que le président de la jeunesse d’Ensemble pour la République, Me Dido Kakisingi, a perdu la vie, des suites de ses blessures par jets de pierre, selon des sources locales. Des blessés sont également déplorés dont notamment Godard Bilenge, directeur de campagne adjoint de Matata Ponyo.

Ces actes de violence ne pourront pas entamer la détermination des militants d’Ensemble pour la République dans cette campagne, a précisé le porte-parole du parti qui a insisté sur le fait que le programme initial élaboré pour la province du Maniema sera respecté sans faute.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter