RDC : Un journaliste congolais condamné à un an d’emprisonnement pour insulte au gouverneur de l’Équateur

Le journaliste congolais Steeve Mwanyo Iwewe a été condamné à une peine d’un an de prison pour avoir insulté un gouverneur de province, annonce aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes en République démocratique du congo.

Steeve Mwanyo Iwewe, journaliste à la chaîne privée Radio Television Sarah, a été condamné le 1er mars devant le tribunal pénal de Mbandaka pour avoir insulté le gouverneur de l’Équateur, Bobo Boloko Bolumbu, déclare au CPJ l’avocat du journaliste, Souverain Pontife Ikolombe. Iwewe est actuellement à la prison centrale de Mbandaka, où il est détenu depuis son arrestation le 27 février.

Ikolombe a déclaré au CPJ qu’il ferait appel du jugement demain devant la cour d’appel du tribunal de Mbandaka, alléguant que le procès initial avait été mal tenu. Iwewe est le premier journaliste que le CPJ a appris d’avoir été emprisonné dans le pays depuis que le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a pris ses fonctions le 24 janvier.

Iwewe a été arrêté et battu par les agents de sécurité du gouverneur le 27 février à Mbandaka, alors qu’il couvrait l’arrivée de Bolumbu lors d’une manifestation contre une augmentation des impôts de l’Etat, selon son avocat. Des agents de sécurité ont dit à Iwewe de cesser de filmer et de prendre des photos, mais le journaliste a refusé, a déclaré Ikolombe au CPJ. « Je suis venu ici pour effectuer mon travail librement« , selon le journaliste du groupe de défense de la liberté local En Danger. Le gouverneur a ensuite ordonné l’arrestation d’Iwewe pour l’avoir insulté, a déclaré Ikolombe au CPJ.

Angela Quintal, coordinatrice du programme Afrique du CPJ à New York, a déclaré : « Le gouverneur Bobo Boloko Bolumbu ne devrait pas contester l’appel de Steeve Mwanyo Iwewe, sa condamnation peut donc être annulée et il peut être libéré. »

Les appels répétés du CPJ et les messages de WhatsApp au porte-parole de Bolumbu, Rossi Bolekwa, sont restés sans réponse. Le CPJ a également appelé Trésor Nsaebeinga, directeur de la radio télévision Sarah, mais n’a pas obtenu de réponse.

L’avocat a déclaré que Nsaebeinga et Yanick Mbombo, un autre journaliste de la station de radio, s’étaient cachés par peur d’être arrêtés à la suite de la détention d’Iwewe.