RDC : les mutins contrôlent quatre villes dans le Nord-Kivu

Ce week-end, les mutins du M23 (Mouvement du 23 mars) ont pris le contrôle de quatre villes de la province du Nord-Kivu, à l’est de la RDC. Un casque bleu indien a été mortellement blessé et 600 soldats des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont fui vers l’Ouganda.

Les mutins du M23 (Mouvement du 23 mars) gagnent du terrain dans la province du Nord-Kivu. Vendredi, la ville de Bunagana a été prise à la suite d’âpres combats avec les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) qui ont causé la mort d’un casque bleu indien, membre de la Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monusco). Ce dimanche, les localités de Rutshuru, Ntamugenga et de Rubare sont tombées sous le contrôle des mutins, rapporte l’AFP.

« Nous avons pris Bunagana vers 06H00 » (04H00 GMT), a affirmé à l’AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole du M23. Selon le journaliste de l’agence française de presse, les 600 soldats des FARDC ont fui vers l’Ouganda. « Ils ont franchi la frontière ce (vendredi) matin ; nous les avons désarmés et ils sont désormais sous notre contrôle », a confirmé Peter Mugisha, un porte-parole de l’armée ougandaise.

Trois mois de combats

Depuis le mois de mai, les combats entre les FARDC et les mutins du M23 ont repris de plus belle dans la province du Nord-Kivu. Après une courte accalmie, la province s’embrase à nouveau.

Jusqu’à ce dimanche, 200 000 Congolais avaient fui ces violences pour se réfugier à Rwaguba, dans la région de Rutshuru. Mais la ville vient d’être prise par les mutins du M23. La situation humanitaire se dégrade chaque jour un peu plus. Selon les ONG, 150 réfugiés sont atteints du choléra.

Au lendemain de l’élection présidentielle contestée du 28 novembre 2011, le président réélu Joseph Kabila avait réintégré les rebelles, soutenant Etienne Tshisekedi, dans l’armée régulière. La réconciliation entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) n’aura tenu que quelques mois avant de se briser.

Lire aussi :

 RDC : la situation s’enlise dans le Nord-Kivu