RDC : le nouveau mandat de la MONUSCO placé sous l’appui au civil et le renforcement des institutions étatiques

Les Casques bleus de la mission des Nations Unies pour la stabilisation de la République Démocratique du Congo ont encore une année pour accomplir leur tâche. Leur mandat a été prolongé dans une résolution adoptée, vendredi 19 décembre 2020, par les membres du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies.

Avec un total de 14 voix pour et une abstention (Russie), le nouveau mandat de la MONUSCO cours jusqu’au 20 décembre 2021. Selon les Nations Unies, pour ce nouveau mandat: « Protéger les civils et appuyer la stabilisation et le renforcement des institutions étatiques en RDC ainsi que les principales réformes en matière de gouvernance et de sécurité »,  sont les priorités stratégiques de la mission Onusienne en République Démocratique du Congo.

Ainsi, à l’occasion du renouvellement du mandat des Casques bleus, le Conseil de sécurité réaffirme que « la protection des civils doit être prioritaire dans les décisions à prendre sur l’utilisation des capacités et des ressources disponibles ».

Réduction des effectifs

A en croire cette résolution, malgré les priorités de la MONUSCO, le nombre des effectifs est réduits pour ce nouveau mandat. « Le plafond des effectifs en uniforme de la MONUSCO est de 14.000 membres du personnel militaire, 660 observateurs militaires et officiers d’état-major, 591 policiers, et 1.050 membres des unités de police constituées. Un déploiement temporaire d’un maximum de 360 membres d’unités de police constituées est également autorisé, à condition qu’ils soient déployés en remplacement du personnel militaire », peut-on lire sur ONU Info.

Face à la persistance de l’insécurité dans la partie Est du pays, le Conseil invite le Secrétariat des Nations Unies à envisager de réduire davantage le niveau de déploiement militaire et les zone d’opérations de la MONUSCO sur la base d’une évolution positive de la situation sur le terrain, en particulier dans les régions où la menace posée par les groupes armés n’est plus significative.

Selon la même source, la prorogation du mandat de l’opération de paix onusienne s’étend également à sa brigade d’intervention « à titre exceptionnel et sans créer de précédent ni aucun préjudice aux principes convenus du maintien de la paix ».

Par ailleurs, le Conseil de sécurité encourage les Casques bleus à la collaboration avec « le Bureau de l’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour les Grands Lacs, Huang Xia, dans la recherche de solutions politiques pouvant mettre fin aux flux transfrontaliers de combattants armés, d’armes et de minerais issus de conflits qui menacent la paix et la stabilité en RDC ».