RDC : la ferme de Moïse Katumbi perquisitionnée

Une ferme appartenant à Moïse Katumbi a été perquisitionnée, ce samedi 7 mai, alors que le désormais candidat à l’élection présidentielle en RDC est convoqué, ce lundi, pour être entendu par le Parquet général près la Cour d’appel de Lubumbashi dans une affaire de supposé recrutement de mercenaires étrangers.

Ce samedi 7 mai 2016, en fin de matinée, des agents de l’ANR, dont certains étaient en civil, accompagnés d’éléments de la Garde présidentielle, ont perquisitionné la ferme « Futuka », située à une vingtaine de kilomètres de Lubumbashi et appartenant à Moïse Katumbi. Une information confirmée par des sources judiciaires proches du dossier.

Selon une personne présente sur place, « le personnel de la ferme a été ligoté et placé à part, dans une paillote située à l’entrée de la ferme », de sorte que « la perquisition puisse se dérouler sans témoin ». Celle-ci craint que « des armes n’aient été dissimulées à cette occasion » afin de « créer des preuves visant à faire tomber l’ancien Gouverneur (de l’ex-Katanga) ».

Selon un autre témoin, joint quelques minutes plus tard, les services de renseignements congolais « n’auraient finalement rien trouvé dans la ferme elle-même ». En revanche, deux jeeps (sur les sept venues au total), avec à leurs bords des agents de l’ANR, ont pris la direction des champs de maïs… Par ailleurs, les fermiers ligotés auraient été soumis à un interrogatoire.

Cette opération s’est déroulée au moment même où les avocats de Moïse Katumbi étaient entendus au Parquet général près la Cour d’appel de Lubumbashi. Le président du Tout Puissant Mazembe, mis en cause dans une affaire de recrutement supposé de mercenaires étrangers, devrait s’y présenter, ce lundi 9 mai 2016, afin d’y être entendu par la justice.

En RDC, beaucoup voient dans ces « manœuvres » une « cabale » visant à écarter de la course à la Présidentielle l’un des hommes les plus populaires de ce pays d’Afrique Centrale.