RDC : l’opposition invite Kabila à quitter le pouvoir avec dignité

Le président du parti de l’opposition le Mouvement Social du Renouveau, Clément Kanku, a notifié sont intention, dès la rentrée d’octobre, de déposer au Parlement un projet de loi destiné à renforcer le statut des anciens chefs d’Etat. Selon lui, cette démarche est censée favoriser le départ de Joseph Kabila.

La majorité présidentielle s’interroge encore sur la question d’un troisième mandat du président Joseph Kabila. Mais le parti d’opposition le Mouvement Social du Renouveau (MSR) est déterminé à renverser le système politique actuel.

S’il n’est pas question de réviser la Constitution avant la fin du processus électoral de 2016, l’opposition tente comme elle le peut de rassurer le président Joseph Kabila quant à son avenir. Le dirigeant congolais pourrait avoir « peur de se retrouver demain devant la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes qu’il a commis dans le pays », explique Clément Kanku. Mais ce dernier pense que « c’est une chose dont nous devons discuter au niveau du Parlement, explique-t-il. Nous allons donc faire cette proposition de loi pour que le chef de l’Etat actuel, Joseph Kabila, – qui nous espérons sera le premier chef de l’Etat à faire cette passation de pouvoir pacifique – puisse rester au Congo [après son départ du pouvoir] ».

Clément Kanku ne veut pas que le président actuel se sente « obligé de se maintenir à tout prix ». Cette décision pourrait plonger, selon lui, le pays « dans une autre spirale d’instabilité ». Le MSR a obtenu la convocation dans les prochains jours d’un débat sous la direction du président Kabila, rapporte RFI.