RDC : l’arrivée au nord-Kivu de 200 familles venues du Rwanda fait polémique

L’arrivée de 200 familles en provenance du Rwanda dans une zone du nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), contrôlée par les rebelles du M23, fait débat. La nationalité des nouveaux arrivants est à l’origine des discussions.

Il fallait s’y attendre. L’arrivée soudaine à Chengerero, dans la province du nord-Kivu, de 200 familles qui seraient des réfugiées, en provenance du Rwanda, dans une zone contrôlée par les rebelles du M23, intrigue beaucoup. Et surtout ne plait pas à tout le monde. On se pose déjà la question de savoir de quelle origine sont ces familles. Ces réfugiés sont-ils des Congolais ou des Rwandais?

Alors que les autorités locales du nord-Kivu assurent qu’il s’agit de réfugiés rwandais, les rebelles du M23, en confrontation avec l’armée congolaise dans l’est du pays, affirment que ce sont des « Tutsis congolais » qui sont de retour chez eux, après s’être réfugiés au Rwanda pour échapper au conflit dans l’est du pays. Selon Julien Paluku, gouverneur du nord-Kivu, ces 200 familles sont des réfugiés rwandais refoulés de Tanzanie, qui sont arrivés en provenance de Gikongoro, au Rwanda ». Jean-Claude Bambanze, membre de la société civile basée à Goma précise que ces familles ont commencé à affluer samedi.

Dialogue de sourd

C’est donc un dialogue de sourds qui s’est engagé entre les autorités du nord-Kivu et le M23. La milice qui tente de justifier la présence des 200 familles a renchéri, affirmant qu’il s’agit de familles de « Tutsis congolais qui avaient fui les persécutions dont ils étaient victimes au nord-Kivu pour se réfugier au Rwanda ». La rébellion a toujours exigé, après la signature des accords de Kampala, censés mettre fin à la crise dans l’est de la RDC, le retour des réfugiés tutsis installés en Ouganda, en Tanzanie et au Rwanda.

Une requête d’ailleurs que l’un des porte-paroles du M23, Amani Kabasha, a rappelé que « l’histoire est emblématique du combat du M23 : si celui-ci dépose les armes avant le retour des réfugiés congolais au pays, il y aura un grand risque que les autorités congolaises les identifient comme des Rwandais, alors qu’ils sont Congolais ». Le M23 justifie en partie sa présence dans l’est de la RDC, en affirmant qu’il a pour but de protéger les Tutsis qui y vivent des rebelles Hutus du FDLR, qui se sont réfugiés dans la région, après le génocide rwandais de 1994.

Selon la société civile du nord-Kivu, le M23 « se livre en ce moment au recensement des maisons et champs dont les propriétaires sont en fuite (à cause de la guerre) pour les confier aux Rwandais venus de la Tanzanie ». De quoi attiser de nouvelles tensions.