RDC : Kinshasa fustige le Rwanda et l’Ouganda

Un rapport de l’ONU accuse une nouvelle fois le Rwanda et l’Ouganda de complicité avec les mutins du M23. Ces derniers s’opposent à l’armée congolaise à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC), depuis le mois de mai. Il s’agirait d’un soutien à la fois en armement, mais également en renseignement et conseils.

Un nouveau rapport de l’ONU accuse le Rwanda et l’Ouganda. D’après les nouvelles conclusions des Nations Unies, portant sur le respect en République Démocratique du Congo (RDC) des sanctions et de l’embargo sur les armes, Kigali et Kampala continuent de soutenir les mutins du Mouvement du 23 mars (M23). Il s’agirait d’un soutien à la fois en armement, mais également en renseignement et conseils. Ce qui provoque l’ire des autorités congolaises.

La RDC a réclamé ce mercredi 17 octobre des sanctions à l’encontre du Rwanda et de l’Ouganda. « C’est plus important que jamais, étant donné que nous disposons aujourd’hui des preuves que le drame qui se joue actuellement au Nord-Kivu est l’objet de manipulations de criminels occupant des positions de pouvoir », a souligné Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement de Kinshasa, rapporte LeMonde.fr.

Le ministre rwandais de la Défense incriminé

Un premier rapport de l’ONU, publié mardi 26 juin, accusait déjà le Rwanda de soutenir les mutins du M23, en leur fournissant « des armes, du ravitaillement militaire et de nouvelles recrues ». Le président congolais, Joseph Kabila, avait lui-même dénoncé le soutien de Kigali aux ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), lors d’une allocution télévisée.

Le nouveau rapport des Nations Unies « cible plus particulièrement le ministre rwandais de la Défense, le général James Kabarebe, présenté comme coiffant de facto la chaîne de commandement du M23 », fait savoir LeMonde.fr. Ce document confidentiel, portant sur le respect en République Démocratique du Congo (RDC) des sanctions et de l’embargo sur les armes, n’épargne pas non plus l’Ouganda. Selon l’ONU, ses hauts responsables de l’armée auraient fourni aux mutins du M23 « des renforts de troupes (…), des armes, de l’assistance technique, de la planification conjointe, des conseils politiques ainsi qu’une aide dans le domaine des relations extérieures ».

De telles accusations avaient déjà provoqué le gel de l’aide de certains pays occidentaux, comme les Etats-Unis, la Suède et les Pays-Bas, au Rwanda. Même si Kigali et Kampala continuent de nier tout en bloc. Le porte-parole ougandais de l’état-major, Felix Kulayigye, a réfuté les accusations des experts de l’ONU qu’il qualifie de « sottises totales ».