RDC, Discours sur l’état de la nation : Félix Tshisekedi décerne un satisfecit aux députés

Le Président de la RDC, Félix Tshisekedi

Le Président Félix Tshisekedi a prononcé, ce lundi, son deuxième discours sur l’état de la nation, devant le Congrès. Première sortie officielle de l’homme depuis la chute de Jeanine Mabunda du perchoir de l’Assemblée nationale, Félix Tshisekedi n’a pas éludé le sujet. Bien au contraire !

Il ne s’était pas officiellement prononcé depuis les événements du jeudi 10 décembre 2020 qui ont consacré sa victoire sur le camp Kabila. Félix Tshisekedi a attendu l’occasion de son discours sur l’état de la nation pour opiner, mieux pour exprimer sa satisfaction, autant dire pour se délecter de son triomphe.
Dans un premier temps, le premier citoyen congolais a rappelé les déboires de la coalition CACH-FCC ainsi que les vaines tentatives pour essayer de l’aligner sur sa vocation qui est « non seulement de garantir une alternance pacifique et éviter » au Congo « des conflits majeurs, mais aussi à servir de catalyseur pour que l’action du gouvernement puisse mieux rencontrer les attentes de la population ».

« Malheureusement, la réalité des faits est que, malgré les efforts que j’ai déployés, les sacrifices que j’ai consentis et les humiliations que j’ai tolérées, cela n’a pas suffi à faire fonctionner harmonieusement cette coalition. Cela n’a pas non plus empêché l’émergence de difficultés de tous ordres au sein de celle-ci, rendant ainsi aléatoire la concrétisation du changement tant réclamé par notre peuple », a martelé Félix Tshisekedi.
C’est alors que le Président congolais s’est résolu à prendre ses responsabilités en posant trois actes que le discours de ce lundi a rappelés :
– L’appel du 23 octobre 2020 pour la constitution d’une union sacrée de la nation, autour de principes, de valeurs et d’actions dédiés au service de la population ;
– Le lancement des consultations nationales en vue de recueillir les avis et recommandations des leaders les plus représentatifs de la société civile et de la classe politique sur les solutions de sortie de crise ;
– Le message à la nation du 6 décembre 2020 qui a acté la dissolution de la coalition FCC-CACH.

Très satisfait de cette dernière décision qui, à l’en croire, n’est que l’émanation des consultations nationales, Félix Tshisekedi a salué les députés et les sénateurs qui y ont pris part : « C’est le lieu ici de rendre un vibrant et mérité hommage à vous, Honorables Députés et Sénateurs de toute tendance politique, qui avez participé activement à ces consultations où vous vous êtes appropriés des résultats et décisions qui en ont découlé, en vous inscrivant dans la dynamique de travailler, avant toute chose, dans l’intérêt du Peuple dont vous êtes les représentants ».

Félix Tshisekedi a utilisé cet hommage aux élus nationaux comme transition pour se prononcer sur la destitution de la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda. Les propos du chef de l’Etat congolais traduisent une satisfaction totale quant à l’issue de la crise au sein du Parlement. « La crise à laquelle nous avons assisté au sein de l’Assemblée nationale et son dénouement démocratique exemplaire à travers le traitement et le sort réservé à la pétition engagée par les Députés de tous bords contre l’ancien Bureau, constitue un indice sérieux de maturité politique », lâche-t-il, triomphant.

Et de poursuivre : « Ce fait tend à démentir une certaine doxa populaire qui soutient encore que le sort de notre pays ne peut s’inscrire que dans le sang, la violence, les rébellions, les assassinats et autres coups d’Etat. Le moment est donc venu de comprendre qu’il n’y a d’alternative à la construction démocratique que dans la paix et la concorde nationale, aussi laborieuse soit-elle. Que l’on soit de la majorité ou de l’opposition, chacun doit jouer sa partition, dans l’amour du pays et de son Peuple, et dans le respect des institutions ».