RDC : déploiement de troupes de l’ONU à Uvira

Les soldats de la paix des Nations Unis se sont déployés à Uvira, une ville de l’est de la République démocratique du Congo, après des affrontements entre des groupes armés et l’armée congolaise.

La mission de maintien de la paix de l’U.N. au Congo, MONUSCO, a déclaré envoyer des troupes à Uvira pour protéger les civils et dissuader toute attaque contre la ville, située près de la frontière burundaise, à l’extrémité nord du lac Tanganyika.

Uvira est une cité, une collectivité-chefferie et un territoire de la province du Sud-Kivu. Elle est le chef-lieu de la chefferie-collectivité du peuple Bavira, ayant pour chef coutumier Mwami Lwegeleza III; en même temps le chef-lieu du territoire portant le même nom. Elle est parmi les 9 villes socio-économiques de la République Démocratique du Congo.

Le Territoire d’Uvira fut créé le 28 février 1938 par l’autorité coloniale belge par ordonnance loi No 21/91.Il est limité au nord par le Territoire de Walungu, à l’Ouest par le Territoire de Mwenga, au Sud par le Territoire de Fizi et à l’Est par le Lac Tanganyika et la Rivière Ruzizi qui le séparent du Burundi. Le port de kalundu constitue un axe important de communication avec les ports de Moba (Katanga), Bujumbura (Burundi), Kigoma (Tanzanie) et Mpulungu (Zambie)

Un journaliste du service français Afrique de VOA a déclaré qu’une milice connue sous le nom de Mai Mai Yakutumba a envoyé quatre bateaux à moteur remplis d’hommes armés sur le lac pour attaquer un pont jeudi tôt.

Le chef du district d’Uvira, Sephanie Milenge Matundanya, a déclaré que les troupes de l’armée ont conduit les miliciens hors de la ville et plusieurs villages qu’ils avaient occupés. Un résident local a déclaré que les hélicoptères de l’ONU étaient dans la région, mais que la ville était calme plus tard dans la journée.

Le Congo oriental est la proie de violence depuis des années alors que le gouvernement et diverses milices s’affrontent pour le contrôle des mines qui produisent de l’or et du coltan, un matériau utilisé dans les téléphones mobiles.

La MONUSCO a déclaré qu’elle avait envoyé son commandant de la force adjointe pour superviser la situation autour d’Uvira.

Le chef de la MONUSCO, Maman Sidikou, a déclaré dans un communiqué qu’il «a exhorté les groupes armés à cesser immédiatement cette hostilité, y compris toutes les formes de violence contre les autorités constituées et les civils innocents» rapporte Vox Of America.