RDC : comment cet artiste interpelle les dirigeants sur l’environnement

Patrick Cikuru Cirimwami, artiste
L'artiste Patrick Cikuru Cirimwami

La protection de l’environnement n’est point la préoccupation des autorités de la République Démocratique du Congo. A Bukavu, un artiste interpelle les gouvernants à travers ses œuvres à base de déchets plastiques.

Patrice Lumumba, Mobutu Sese Seko, Laurent-Désiré Kabila, Joseph Kabila et Félix Thisekedi, voilà les portraits faits par l’artiste-plasticien. La particularité des œuvres de Patrick Cikuru Cirimwami est qu’elles sont faites à l’aide des déchets plastiques. Sa matière première, il la trouve facilement au bord des cours d’eau de son pays.

Comment protéger l’environnement

Bouteilles en plastique, sachets, tout y passe. Il tente d’en récolter le maximum pour lutter contre l’inquiétante pollution de l’environnement rd-congolais. Il a confié à VOA que son œuvre ne fait qu’illustrer l’inaction des différents gouvernements dans la protection de l’environnement.

« Mon grand message, aujourd’hui, c’est pour les autorités. Parce qu’elles doivent nous dire comment protéger l’environnement. C’est pourquoi, je me suis dit que je dois continuer à utiliser les déchets plastiques », confie l’artiste. Pour cela, il dit transformer « les sacs, les bouteilles, les sachets » en faisant des dessins.

Absence de collecte publique de déchets

L'artiste collecte des déchets plastiquesPour cela, il est obligé de patauger dans des montagnes de bouteilles, non loin des rives du lac Kivu. Dans un pays où il n’existe pas de collecte publique de déchets, la tâche est immense. Surtout, comme l’indique l’artiste, les déchets sont souvent à l’origine des pannes de la centrale hydro-électrique locale. Ce qui entraine de récurrentes coupures de courant. D’où, selon lui, l’urgence d’agir.

Pour sa part, il dit tenter de jouer sa partition pour lutter contre ce fléau, en réutilisant le plastique usager. « Je constate que dans notre ville, Bukavu, il y a beaucoup de déchets que les gens ne savent pas gérer. En ce qui me concerne, j’ai pris la décision d’apporter ma contribution dans notre province du Sud-Kivu », lance-t-il. Et ces déchets plastiques, il en fait des peintures pour ses dessins et ses portraits.

Lire : A la découverte de JKTech, la start-up qui veut révolutionner le secteur de la technologie en RDC