RDC : autour de Moïse Katumbi, une équipe très soudée

Cette semaine, les membres du G7 se sont donnés rendez-vous à Lubumbashi, la capitale de l’ex-Katanga, le fief de leur figure emblématique, Moïse Katumbi, dernier Gouverneur de la Province. Qui sont les personnalités qui entourent l’un des hommes les plus populaires en RDC ? Quels sont ses réseaux ? Afrik.com lève une partie du voile sur la « dream team » entourant le « Chairman ».

« Moïse Katumbi est au cœur du G7 », a déclaré Gabriel Kyungu wa Kumwanza, l’un des ténors de cette coalition, en recevant cette semaine le « Chairman » au siège de son parti, à Lubumbashi. Ce nationaliste katangais, Président de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec), est à la tête de l’un des sept partis constituant le G7, l’une des principales plateformes de l’opposition au Congo-Kinshasa. Même s’il n’en est pas officiellement membre, Moïse Katumbi est sans conteste le leader charismatique de cette coalition de partis, constituée de transfuges de la Majorité Présidentielle.

Aux côtés de Gabriel Kyungu, on retrouve également Pierre Lumbi, leader du Mouvement social pour le renouveau (MSR), Charles Mwando Nsimba, qui dirige l’Union nationale des démocrates fédéralistes (Unadef) et est le Président exécutif du G7, ainsi que Christophe Lutundula, qui est à la tête de l’Alliance des démocrates pour le progrès (ADP-MSDD), José Endundo du Parti démocrate chrétien (PDC) et Dany Banza de l’Avenir du Congo (ACO). La septième figure du G7, et non des moindres, est celle d’Olivier Kamitatu, le très charismatique ex-Ministre du Plan et Président de l’Alliance pour le renouveau du Congo (ARC). D’une « intelligence rare », selon un intime, il est d’un apport décisif pour Moïse Katumbi, tant par sa connaissance intime des réseaux politiques et administratifs en RDC, que par son positionnement géographique (il est originaire de la province du Bandundu, décisive sur le plan électoral) ou encore par ses talents d’orateur qui font merveille sur les plateaux de radio et de télévision.

« L’équipe qui cause des insomnies à (Joseph Kabila) est désormais constituée », s’est réjoui Gabriel Kyungu. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas l’épaisseur d’un papier à cigarette entre Moïse Katumbi et le G7. Entre les deux, il y a une « identité de vues parfaite », souligne Olivier Kamitatu.

La force de frappe du G7 (et, partant, de Moïse Katumbi) est d’autant plus importante que la coalition entretient d’excellentes relations avec l’autre principale plateforme de l’opposition, la Dynamique de l’opposition, dont Vital Kamerhe est le leader naturel. Les échanges sont également nourris avec l’UDPS et très fluides avec le MLPC. L’espoir d’un candidat de large consensus au sein de l’opposition en vue de l’élection présidentielle à venir est donc permis.

Un clan familial soudé

Outre ses appuis politiques, en cours d’institutionnalisation, Moïse Katumbi peut également compter sur un clan familial soudé. Son épouse, Carine, une Belge d’origine burundaise, est très présente dans la vie de l’ex-Gouverneur du Katanga. « Elle est son premier et principal soutien », déclare un proche du couple. Catholique fervente, elle s’est toujours montrée très discrète, s’interdisant presque de prendre la parole en public. Ces derniers mois toutefois, elle n’a pas hésité à s’exprimer via son compte Twitter, réseau social dont elle maitrise parfaitement les codes et où elle compte de nombreux « followers ». Elle partage avec son mari la même passion du football. Elle est en particulier une fervente supportrice du Tout Puissant Mazembé et du Real Madrid.

Autre personnage central dans la vie de Moïse Katumbi au sein du cercle familial : son demi-frère aîné, Raphaël Katebe Katoto. Résidant à Bruxelles, il demeure l’un des hommes d’affaires les plus influents en RDC. Il est proche en particulier d’Étienne Tshisekedi. C’est d’ailleurs par son entremise que Moïse Katumbi a rencontré, en novembre dernier, le Président de l’UDPS.

Un cercle rapproché de fidèles

Moïse Katumbi s’appuie également sur un cercle de fidèles, « recrutés » sur la foi de leurs compétences et de leur loyauté. « Des techniciens du meilleur niveau », concède un proche du Président Kabila. Parmi eux, figurent beaucoup d’anciens ministres provinciaux, notamment Edmond Mbaz, l’ex-ministre près le gouverneur, Christian Mwando Nsimba aux Finances, ou encore Juvénal Kitungwa à l’Intérieur. Moïse Katumbi peut également compter sur l’activisme et la verve du député Francis Kalombo, l’homme qui a mobilisé la jeunesse en faveur de Joseph Kabila lors des précédentes élections. De la même manière, il s’appuie sur le directeur sportif du Tout Puissant Mazembé, Frédéric Kitenge Kinkumba, qui est aussi responsable de Nyota TV, une chaîne proche de l’ex-Gouverneur qui est actuellement dans le collimateur du régime.

Au sein de ce cercle rapproché, on retrouve une personnalité aussi discrète qu’influente auprès de Moïse Katumbi, Salomon Idi Kalonda Della, « l’une des pièces maitresses du puzzle Katumbi ». Officiellement « conseiller politique » et « directeur financier du Tout-Puissant Mazembe », il est quasiment « un frère » pour « Moïse ». « Il est le premier fidèle parmi les fidèles », constate un proche qui observe que « la réussite dans la durée du TP Mazembé doit beaucoup à ses qualités de gestionnaire hors pair ». Dans un portrait que lui a consacré la revue Pouvoirs d’Afrique en janvier 2016, Salomon Kalonda est décrit comme « un grand combatif qui ne sait pas reculer devant le danger ». Des qualités indispensables pour parer les nombreux coups donnés dans le milieu politique et footballistique.

« Comme dans le football ou dans les affaires, Moïse Katumbi entend s’entourer des meilleurs pour accomplir son destin politique », déclare un fin connaisseur des arcanes du pouvoir en RDC. L’avenir nous dira si le succès sera au rendez-vous pour celui qui tend à réussir tout ce qu’il entreprend.