RDC : 12 personnes tuées par des rebelles ougandais de l’ADF-Nalu dans l’est

Au moins douze personnes ont été tuées par des rebelles ougandais de l’ADF-Nalu, dans l’est du pays, selon des ONG, qui soulignent que le massacre a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi.

Les massacres de populations continuent toujours dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Selon plusieurs ONG, au moins 12 personnes ont été tuées dans la nuit de dimanche à lundi par des rebelles ougandais de l’ADF-Nalu. « Les ADF ont attaqué nos positions à Eringeti et nous les avons repoussées toute la nuit », a déclaré le lieutenant Mak Hazukay, porte-parole de l’armée congolaise dans la région, refusant de donner le bilan des combats.

De son côté, le Centre d’études pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’Homme (Cepadho), une ONG locale, avance un bilan de 30 morts?, soit 14 rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF), sept civils, huit militaires congolais et un Casque bleu. Toujours selon cette ONG, une dizaine de personnes ont été blessées pendant les affrontements et 43 maisons ont été incendiées par les miliciens. Le bilan des pertes militaires avancé par le Cepadho n’a pas pu être confirmé par l’armée ni par la Mission de l’ONU au Congo (Monusco).

Les rebelles de l’ADF-Nalu aurait tué plus de 450 civils depuis octobre 2014, période à laquelle où ils avaient particulièrement multiplié les massacres notamment dans le territoire de Béni, dans l’est du pays.

Selon un rapport de l’ONG de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch, publié en décembre 2014, des victimes et des témoins ont décrit les violentes attaques au cours desquelles les rebelles ougandais ont méthodiquement tué des civils à coups de hache, de machette et par balles. Selon l’ONG, « des attaques de grande ampleur menées quasiment une fois par semaine par des rebelles terrorisent les résidents de Beni, qui ne savent pas où se tourner pour obtenir une protection ».