Ratsiraka face à son peuple

Les élections malgaches descendent dans la rue. Depuis une semaine, les sympathisants de Marc Ravalomanana investissent par milliers les principales artères d’Antananarivo pour demander le départ du président sortant. Mais Didier Ratsiraka continue de s’accrocher au pouvoir.

Mémoire courte.  » Je n’ai que faire des manifestations. Je n’ai pas peur de ces rassemblements « , tranche Didier Ratsiraka, président sortant de Madagascar. Pourtant en 1992, il a dû céder sa place devant la pression de la rue à Albert Zafy. Depuis le début de la semaine, le même scénario se répète. Des dizaines de milliers de Malgaches se rassemblent quotidiennement à la Place du 13 mai et dans l’avenue de l’Indépendance, au centre d’Antananarivo. Le principal rival de Ratsiraka, Marc Ravalomanana, autoproclamé vainqueur des élections au premier tour, demande à ses partisans de ne pas relâcher la pression sur le pouvoir et  » d’en finir avec la clique Ratsiraka « .

Guerre des chiffres

Marc Ravalomanana se voit déjà président de Madagascar. L’opposant libéral a réussi à convaincre le puissant réseau catholique. Les Eglises ont pris fait et cause pour le maire de la capitale dans sa croisade contre Ratsiraka. Les deux candidats n’ont cessé durant toute la campagne de multiplier des signes en direction des communautés religieuses qui représentent un électorat très important. Des chants religieux catholiques inaugurent ces manifestations quotidiennes qui sont clôturées par des cantiques protestants.

L’avenir politique de Didier Ratsiraka semble compromis. Même la presse publique semble avoir compris que le vent a tourné. Les journalistes s’en prennent ouvertement au pouvoir en place. Depuis que le « Consortium d’observateurs » de l’élection présidentielle à Madagascar, accepté par le gouvernement et l’opposition, a conclu que Marc Ravalomanana l’avait emporté lors du premier tour, le 16 décembre, avec 50,5% des suffrages, Didier Ratsiraka est dans une position intenable. L’Union européenne et les Etats-Unis appellent à trouver  » un consensus sur les résultats « . Toutes les parties le poussent à prendre, rapidement, la direction de la sortie.

Lire aussi : Madagascar a voté en masse :