Rabat et Salé : des plans d’aménagement unifiés

Le nouveau plan urbanistique de la ville marque la fin de la séparation de Rabat et Salé. A la différence des anciens plans d’aménagement, celui-ci permet, au contraire, de rapprocher les deux villes. Des travaux d’envergures ont été engagés dans cette région et notamment la création d’un tramway.

Le Bouregreg, c’est le trait d’union entre Rabat et Salé. Malgré la rivalité des deux villes, il y a toujours eu des échanges entre les cités. La suppression définitive des installations portuaires a laissé au fleuve le temps de s’assoupir paisiblement au rythme de ses eaux calmes. La traversée du Bouregreg se fait en barque.

L’aménagement de la Vallée du Bouregreg

Mais l’annonce d’une transformation radicale vient perturber ce faux air de tranquillité. Plus de seize milliards de dirhams, soit 1,5 milliards d’euros, ont été engagés pour aménager la vallée. Ce projet a été confié à un établissement public créé pour l’occasion : la SABR. Le but de cette réhabilitation est de promouvoir l’espace et de hisser la capitale au rang des villes internationales.

Environ 6000 hectares sont en cours d’aménagement pour faire de Rabat et Salé une seule ville. La fin des travaux, prévue pour 2012, donnera à cet endroit l’aspect d’un simple lieu de transit et marquera officiellement la réunification de Rabat et Salé.

Projet Saphira : développement de la corniche de Rabat

Le projet Saphira, qui prévoit la naissance d’unités hôtelières et résidentielles, d’espaces commerciaux et de bureaux, s’étend sur une superficie totale de 331 ha, et a nécessité un investissement d’environ 30 milliards de dirhams.
Il prévoit aussi la mise à niveau et le renforcement des infrastructures, la protection de la façade maritime et la réalisation d’équipements publics (école, institut de formation…).

Ces travaux sont divisés en deux phases dont la première phase du projet, correspondant à 156 ha de travaux et un budget estimé à 13 milliards de dirhams, est en cours de réalisation depuis 2007 et devrait s’achever en 2013. Elle comprend notamment la valorisation de la corniche de Rabat.

D’ores et déjà les berges du Bouregreg ont été aménagées en large promenade urbaine, des glaciers et des restaurants ont vu le jour sur la corniche. La population s’est immédiatement appropriée ce nouvel espace. Les passeurs continuent d’assurer de la même manière la traversée du fleuve entre les deux villes. Les familles viennent le week-end profiter de la vue sur l »embouchure et la Casbah des Oudaïa.

Deuxième révolution : le tramway relie Rabat-à Salé

La population de Rabat va devoir s’habituer, à partir de mars 2011, au nouveau son de cloche annonçant le passage du tramway. Et c’est dans des conditions confortables que les habitants pourront dorénavant se rendre du centre commercial Souissi jusqu’à l’ancienne route de Kénitra à Salé en empruntant le tramway. Mais les automobilistes ne savent pas encore si ce nouveau mode de transport permettra de fluidifier le trafic routier à Rabat.

La mise en place du tramway, reliant Rabat et Salé, offre un certain nombre d’avatanges dont celui de gagner du temps en évitant les bouchons en heure de pointe. Sur un plan technologique cela permettra de réduire les nuisances liées au bruit et à la pollution. Sur le plan social il permettra notamment aux personnes à mobilité réduite de pouvoir se déplacer en toute facilité.

La ligne 1 aura comme point de départ l’avenue Allal El Fassi, jusqu’à l’avenue Mohammed VI à Salé, en passant par le Bouregreg, les avenues de France et des Nations Unies. Quant à la ligne 2, elle aura comme terminus l’avenue Sidi Mohammed Ben Abdallah à Rabat et l’avenue Hassan II à Salé. Le tronc commun de ces deux lignes c’est le passage à hauteur du Bouregreg. Au total 36 minutes de trajet pour la ligne 1 (11.7 km) et 25 minutes pour la ligne 2 (7.8 km).

Patrimoine et modernité

L’aménagement des deux rives du Bouregreg permet de classer Rabat et Salé au rang des grandes métropoles de la Méditerranée. C’est un projet délicat car il allie protection de l’environnement, valorisation du patrimoine et amélioration des conditions de vie. Afin de conserver au maximum le paysage naturel de cette région, une liaison routière par un tunnel sous les Oudaïas est en cours de construction, ce qui permettra de « camouffler » le trafic routier à cet endroit là. Pour le moment le cadre historique de la ville reste intact et les nouveaux aménagements permettent d’en profiter davantage. Toutefois, une partie de la population de Rabat et de Salé est perplexe sur les objectifs liés au « développement du tourisme » , inquiète de voir les deux villes changer trop brusquement.