Rabat dément « la sous-traitance » du terrorisme pour la CIA

Le ministre marocain de l’Intérieur, Al Mustapha Sahel, a démenti « catégoriquement » les informations publiées par un hebdomadaire local selon lesquelles le Maroc « accueillerait » dans des centres de détention secrets pour le compte de la CIA des islamistes proches du réseau terroriste d’Al-Qaïda.

Dans son édition de samedi, « Le Journal Hebdomadaire » publie, sous le titre « Torture, nouveau site noir au Maroc », une information selon laquelle « la CIA délocaliserait au Maroc (…) la détention des membres islamistes soupçonnés d’appartenir à Al-Qaïda ».

« Nous démentons catégoriquement ces informations dénuées de tout fondement », a affirmé M. Sahel, dont les propos sont rapportés lundi par certains journaux marocains.

Selon « Le Journal Hebdomadaire » , vers la fin du mois de décembre et début janvier, deux avions privés auraient atterri sur la base militaire de Salé (ville jumelle de Rabat) pour effectuer « deux nouvelles livraisons qui auraient immédiatement été transférées » au siège de la Direction de la surveillance du territoire (DST, contre-espionnage marocain) à Témara, près de la capitale
chérifienne.

De son côté, le ministre marocain de la Communication, porte-parole du gouvernement, Nabil Benabdallah, a démenti
« formellement » l’information publiée par « Le Journal
Hebdomadaire ».

Un journal déjà poursuivi

Il a « déploré » que cet hebdomadaire puisse ainsi se prêter à un jeu « dangereux et pernicieux » susceptible de semer le trouble au sein de l’opinion publique à travers la publication d’informations « mensongères d’une grande gravité », sans prendre la peine de les vérifier au préalable.

« Le Journal Hebdomadaire », dont le siège est à Casablanca, a été plusieurs fois poursuivi en justice.

Le dernier procès en date, qui s’ouvre jeudi prochain, l’oppose à « European Strategic Intelligent and Security Center » (ESISC), basé à Bruxelles.

Celui-ci a publié récemment une étude sur la « chute » du front Polisario qui dispute au Maroc la souveraineté sur le Sahara occidental.

« Le Journal Hebdomadaire » avait qualifié de « complaisante » cette étude à l’égard du Maroc et affirmé que des « arrangements » avaient eu lieu entre le pouvoir marocain et l’ESISC.