Qui est la Première dame malgache, Voahangy Rajao ?

Depuis que son époux Hery Rajaonarimampianina a accédé à la tête du pays, Voahangy Rajaonarimampianina est la nouvelle Première dame de la Grande île. Âgée à peine de 30 ans, mère de cinq enfants, celle qui a 20 ans de moins que son conjoint, compte bien profiter de son nouveau statut pour améliorer les conditions de vie des enfants et des femmes à Madagascar. Portrait de celle qui veut s’engager dans le social pour contribuer au développement de son pays.

Comme une toute bonne maîtresse de maison, c’est toujours un accueil très chaleureux que Voahangy Rajaonarimampianina réserve à ses hôtes. A première vue, la Première dame malgache, aux gestes posées, gracieux, peut dérouter par son physique de mannequin. Elle peut paraître peu crédule aux yeux de certains, qui ne cachent pas leur surprise face à son jeune âge. Derrière son visage jovial, celle qui n’a que 30 ans, arborant une longue chevelure noire de jaie, portant des vêtements colorés, très tendances, compte bien apporter sa pierre à l’édifice pour aider son pays à genoux à se relever.

Ambitions dans le social

Mère de cinq enfants, dont la petite dernière n’a que cinq ans, son statut a désormais changé depuis l’élection de son mari, Hery Rajaonarimampianina, à la tête du pays, le 17 janvier 2014. Elle le sait, sa vie va prendre un nouveau tournant. Pour le moment, celle qui affirme être « honorée d’être la mère de tous les Malgaches » a encore du mal à réaliser sa nouvelle situation. « Je suis très heureuse de pouvoir accomplir cette lourde tâche », dit-elle de sa voix fluette. Elle insiste lourdement sur le fait qu’elle soutiendra son époux durant son mandat.

Si elle est fière également de son statut de femme au foyer, pour lequel elle a tout sacrifié, afin de prendre soin de son ménage, Voahangy Rajaonarimampianina compte bien s’engager pour participer au développement de son pays. Ses ambitions sont essentiellement de faire bouger les lignes dans le domaine du social. « Je pense que c’est dans le social que je peux être la plus utile. Je veux aider les enfants et femmes qui vivent dans des conditions difficiles à Madagascar. Je veux militer pour que la parité soit instaurée entre les hommes et les femmes », clame-t-elle fermement.

Appel lancé aux investisseurs

La Première dame lance aussi un appel aux investisseurs pour qu’ils reviennent injecter des fonds dans le pays, notamment créer des emplois pour les femmes. « Elles sont très talentueuses dans de nombreux domaines comme le textile, l’agriculture, l’art, l’artisanat, tient-elle à rappeler. Et surtout les femmes malgaches sont braves et aident régulièrement leurs époux dans les champs ».

Pour Voahangy Rajaonarimampianina, les femmes peuvent changer la donne à Madagascar, où 92% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, selon les dernières estimations de la Banque mondiale. Les « investisseurs doivent leur faire confiance et créer des emplois pour qu’elles puissent travailler et subvenir à leurs besoins. C’est sans doute le manque de travail qui handicape le plus les femmes de mon pays », note-t-elle. Même si le chantier est vaste pour redresser la Grande île, elle se dit optimiste. Pour elle, il ne fait pas de doute : « les Malgaches ont la capacité de changer le cours des choses ».