Quelles sanctions de l’Union Africaine contre le Tchad ?

Moussa Faki Mahamat
Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'UA

Le Tchad pourra-t-il échapper aux sanctions de l’Union Africaine ? Le Conseil paix et sécurité se réunit, ce vendredi, pour se pencher sur une transition qui commence à inquiéter.

Alors que des pays comme le Mali, la Guinée Conakry et autre Burkina Faso subissent des pressions internationales, le Tchad ne semble pas inquiété. Du moins jusqu’ici. Le pays des Déby, semble faire exception à la règle s’agissant de l’exigence d’un retour à l’ordre constitutionnel. Mieux, les militaires qui dirigent le pays affichent une volonté de s’accrocher au pouvoir. Mais l’Union Africaine a décidé de siffler la fin de la récréation.

L’institution débute en effet une réunion sur le Tchad, ce vendredi 11 novembre 2022. L’ordre du jour porte essentiellement sur un rapport du président de la Commission paix et sécurité, le Tchadien Moussa Faki. Ce dernier demande des sanctions contre le pouvoir de transition dirigé par le Président Mahamat Idriss Deby. Que reproche l’Union Africaine aux dirigeants tchadiens ?

Sauvegarder un minimum de crédibilité

Refus de respecter une durée maximale de 18 mois pour la transition comme promis. Violation de l’interdiction faite aux militaires au pouvoir d’être candidats aux prochaines élections. Voilà entre autres, les griefs de l’UA. « Les exigences et autres décisions du CPS ont été totalement ignorées et n’ont pas été respectées par les autorités de la Transition », a d’ailleurs déploré l’UA.

Position de N’Djamena qui contraint l’Union Africaine à envisager des sanctions contre le pouvoir de transition au Tchad. La Commission paix et sécurité dit tenir à sauvegarder un minimum de crédibilité. L’organisation régionale confie en outre vouloir se montrer cohérente. En effet, elle met la pression sur les autres pays africains où il y a eu des changements anticonstitutionnels.

Le président de l’Union Africaine traîne des casseroles

Dans son rapport, Moussa Faki Mahamat suggère en outre de nommer un envoyé spécial de l’Union Africaine pour le Tchad. Pourtant, le chef de l’Etat congolais, Félix Tshisekedi, a déjà été désigné comme médiateur dans la crise tchadienne. C’est au lendemain du drame du 20 octobre que la CEEAC (Communauté des Etat de l’Afrique Centrale) a été désigné.

A noter que cette réunion a lieu au moment où le président de l’Union Africaine traîne des casseroles dans son pays. Le Sénégalais Macky Sall a en effet « cautionné » l’incarcération du journaliste Pape Alé Niang. Ce dernier, patron du site Dakar Matin, est sous mandat de dépôt pour des publications ayant porté « atteinte à la sûreté nationale ».

Lire : N’Djamena accusée de déportation de centaines de manifestants au Tchad